Modifié

De Gaulle, "Je vous ai compris"

Le général Charles de Gaulle à Alger lors du discours où il a prononcé la célèbre phrase "Je vous ai compris". [AFP]
Le général Charles de Gaulle à Alger lors du discours où il a prononcé la célèbre phrase "Je vous ai compris". [AFP]
Le 4 juin 1958, le Général Charles de Gaulle est à Alger et lance à la foule réunie sur la place du Forum "Je vous ai compris", une phrase qui est entrée dans l'Histoire. Retrouvez ici l'analyse que Thierry Herman, professeur de rhétorique à l'Université de Neuchâtel, a faite pour Le Temps.

De tous les discours du Général de Gaulle, celui-ci est celui dont la phrase d'ouverture, "l’exorde" en rhétorique, est la plus forte. Elle déclenche une ovation spontanée. Et pourtant, elle joue complètement de l’ambiguïté du pronom "vous" et de l'ambiguïté du verbe "comprendre". Comprendre ne signifie pas approuver. Et "vous" peut désigner les nombreuses factions et communautés concernées par les troubles.

Mais le "je" est aussi un pronom important ici: clairement, de Gaulle, qui vient d'être rappelé au pouvoir, joue de son autorité historique pour se constituer comme le seul et légitime interlocuteur. Il a d’ailleurs vêtu son uniforme de général.

Le passé composé enfin est un temps accompli et perfectif; or, ces aspects soulignent l'autorité gaullienne: il n'est plus besoin de discuter ou de débattre si l'affaire est d'ores et déjà comprise. Notons enfin que la clôture du discours reprend le verbe comprendre, mais en associant un complément d'objet moins ambigu: la France.

Thierry Herman, professeur de rhétorique à l'Université de Neuchâtel

Le dossier du Temps (accès gratuit)

Publié Modifié