Grands discours, morceaux choisis

"I have a dream", "Ich bin ein Berliner", "Vive le Québec libre"... Autant d'extraits de grands discours tenus par Martin Luther King, JFK ou De Gaulle. Morceaux choisis.

Le discours de JFK à Berlin est l'un des événements rhétoriques marquants du XXe siècle.
Le discours de JFK à Berlin est l'un des événements rhétoriques marquants du XXe siècle. [AP Photo - ]
Le roi d'Angleterre George VI, le père d'Elizabeth II, prononce, en septembre 1939, un discours radiophonique qui marque l'entrée en guerre de la Grande-Bretagne contre l'Allemagne. L'événement a inspiré le film "Le discours d'un roi" avec Colin Firth. Un extrait ci-dessous.

Le général De Gaulle s'adresse aux Français en juin 1940 sur les ondes de la BBC et lance son célèbre "appel du 18 juin". Le discours n'a pas été enregistré. Ci-après - il faut faire abstraction de la publicité à la fin du clip - des extraits des plus célèbres discours de De Gaulle.

John Fitzgerald Kennedy se rend à Berlin-Ouest en juin 1963, où il prononce ce qui restera dans les annales comme son meilleur discours, et lance à la foule la désormais célèbre phrase "Ich bin ein Berliner". But: montrer, en pleine guerre froide, le soutien américain aux habitants de l'Allemagne de l'Ouest. Décryptage: JFK, "Ich bine ein Berliner"

Martin Luther King prononce en août 1963, à Washington, un discours en faveur de la fin de la ségrégation raciale. "I have a dream" deviendra l'un des discours les plus marquants du XXe siècle. Décryptage: Martin Luther King, "I have a dream"

Simone Veil est ministre de la Santé en 1974 quand elle prononce devant l'Assemblée nationale à Paris son célèbre discours en faveur de l'avortement, ouvrant la voie à la dépénalisation de l'interruption volontaire de grossesse en France. Décryptage: Le discours de Simone Veil sur l'avortement

Robert Badinter est Garde des Sceaux en 1981 lorsqu'il prononce en septembre son discours pour l'abolition de la peine de mort devant l'Assemblée nationale française.

Publié le 17 mai 2013 - Modifié le 14 juin 2013

Le décryptage de Guillaume Galienne sur France Inter