Les Premières Dames de la Ve République

Le système politique français

Publié le 22 mars 2017 à 14:37 - Modifié le 28 décembre 2017 à 15:30

Premières dames de la Ve

Contrairement à la "First Lady" aux Etats-Unis, en France, la "Première dame" n’a pas de statut officiel, ni dans la Constitution de 1958, ni dans aucun texte de loi, bien qu’elle possède une place dans le protocole.

D’Yvonne de Gaulle à Brigitte Macron, on compte neuf "Premières dames" dans la Ve République. De générations différentes et ne venant pas des mêmes milieux socio-économiques, elles se sont toutes servies de leur rôle pour mener à bien des actions caritatives.

 "Derrière chaque grand homme se cache une femme" Gabriel-Marie Legouvé

  • Yvonne de Gaulle, née Vendroux (1959 – 1969)

    "Tante Yvonne"

    Avec l'avènement de la Vème République, Yvonne de Gaulle est de fait la première "Première Dame". Réputée discrète, elle n’accorde jamais d’interview mais a un impact sur les choix ministériels de son mari. Catholique pratiquante, elle refuse l’entrée au palais de l’Elysée aux personnes divorcées et à celles coupables d'adultères.

    Yvonne de Gaulle, toujours discrète, n'a jamais accordé la moindre interview.
    Yvonne de Gaulle, toujours discrète, n'a jamais accordé la moindre interview. [Bernard Charlet - KEYSTONE]

    A la suite du décès de John Fitzgerald Kennedy, elle propose à sa veuve, "Jackie", de venir se reposer à ses côtés en France afin de s’éloigner de la pression médiatique.

    Désormais, il va falloir vivre en meublé!

    Yvonne de Gaulle

    Très attachée aux valeurs de la famille, elle est la première à répudier l’Elysée comme lieu de vie: "Désormais, il va falloir vivre en meublé!"

  • Claude Pompidou, née Cahour (1969 – 1974)

    "La Reine Claude"

    Claude Pompidou a, en quelque sorte, dépoussiéré l'image de Première dame. Lors de la nomination de son mari au poste de Premier ministre, elle refuse de quitter le domicile familial pour Matignon, de peur de perdre sa liberté.

    Claude Pompidou, ambassadrice de la mode française.
    Claude Pompidou, ambassadrice de la mode française. [Anonymous - KEYSTONE]

    Grande amatrice d’art, elle ne cache pas son goût pour le luxe, n'hésitant pas à se faire habiller par les plus grands couturiers. Amie de Grace de Monaco, cette ambassadrice de la mode française ne s'est jamais faite à l'idée de revêtir le costume de Première dame, à l'instar d'une visite d'Etat à Chicago où le couple présidentiel se fait insulter par des membres de la communauté juive – américaine pour protester contre la politique, à leurs yeux,"pro-arabe" du président Pompidou.

    Dans la mémoire collective, Claude Pompidou est surtout connue pour avoir créé une fondation à son nom, venant en aide aux personnes âgées, aux malades hospitalisés ainsi qu'aux enfants handicapés.

    Claude Pompidou, racontée par son fils, Alain

    Claude Pompidou.
    RIA Novosti / Sputnik
    Entre nous soit dit - Publié le 19 janvier 2017

  • Anne – Aymone Giscard d’Estaing née Sauvage de Brantes (1974 – 1981)

    "Madame DQ"

    Comme son nom de jeune fille l'indique, Anne – Aymone Giscard d'Estaing est issue d’une bonne famille, fille d’un lieutenant-colonel décédé dans un camp de concentration et de la princesse de Faucigny – Lucinge et Coligny.

    Polyglotte, parlant couramment l'espagnol, le portugais et l'anglais, mère de quatre enfants, elle doit combattre sa timidité naturelle au moment de l'élection de son mari, l'Elysée voulant faire d'elle une nouvelle Jackie Kennedy.

    Valéry Giscard d'Estaing voulait faire de sa femme Anne - Aymone, la nouvelle "Jackie".
    Valéry Giscard d'Estaing voulait faire de sa femme Anne - Aymone, la nouvelle "Jackie". [STR - KEYSTONE]

    Elle est la première à avoir eu un vrai rôle politique, en étant la première à présenter ses vœux aux Français le 31 décembre 1975, se rendant dans les usines et les mines ou en prononçant des discours au nom de son mari.

    Ce soir, comme ma sœur Marguerite, j’entre dans les ordres !

    Anne - Aymone Giscard d'Estaing

    Surnommée "Madame DQ", pour "Madame dignité–qualité", elle préfère largement s'occuper de sa fondation pour l'enfance que des soirées mondaines. Dès les premières heures du mandat, Anne – Aymone évoque son malaise: "Ce soir, comme ma sœur Marguerite, j’entre dans les ordres!" Peu à l’aise au château, elle passe ses nuits dans son hôtel particulier de la rue Bénouville dans le XVIe arrondissement de Paris.

  • Danielle Mitterrand née Gouze (1981 – 1995)

    "La rebelle"

    Danielle Mitterand ne vient pas d’une famille bourgeoise. Fille d’enseignants laïcs, socialistes et résistants, elle s'engage durant la Seconde Guerre mondiale comme agent de liaison à 17 ans seulement. C'est à cette période qu'elle fait la connaissance d’un certain François "Morland", nom de code de François Mitterrand.

    Je ne suis pas une potiche.

    Danielle Mitterand

    Danielle Mitterand, une femme ancrée à gauche.
    Danielle Mitterand, une femme ancrée à gauche. [Boris Horvat - ]

    Dès son arrivée à l'Elysée elle annonce la couleur: "Je ne suis pas une potiche", préférant le titre "d'épouse du président de la République" à celui de Première dame. Très ancrée à gauche, elle est la première à sortir de son devoir de réserve en s’opposant à la politique du gouvernement Chirac en 1986 durant la cohabitation. Acquise à la cause palestinienne et des guérilleros d'Amérique latine elle va créer la polémique en 1995 en allant jusqu’à embrasser publiquement Fidel Castro.

    Toujours digne, même lors de l'affaire "Mazarine", Danielle Mitterrand est l'une des "Premières dames" favorites des Français, notamment au travers de son action en faveur du peuple tibétain, contre l'apartheid et pour l'accès à l'eau pour tous au sein de sa fondation "France Libertés".

    Danielle Mitterrand
    Pardonnez-moi - Publié le 30 mars 2008

  • Bernadette Chirac née de Courcelles (1995 – 2007)

    "Madame pièces jaunes"

    Bernadette Chirac renoue avec la tradition des "Premières dames" bourgeoises et catholiques. C'est sur les bancs de l'Institut d'études politiques de Paris qu'elle rencontre Jacques Chirac avant d'abandonner ses études pour se consacrer pleinement à la carrière de son futur mari contre la volonté de sa famille qui n'accepte pas la différence de milieu de son futur époux.

    Pas un mariage d'amour mais d'ambition.

    Bernadette Chirac

    Contrairement aux autres, elle s’accommode de la vie de château. Au début du premier septennat, elle est plutôt vue comme ringarde et effacée mais va peu à peu devenir un personnage central du clan Chirac et concourir au rassemblement de la droite.

    Bernadette Chirac, l'une des Premières dames préférées des Français.
    Bernadette Chirac, l'une des Premières dames préférées des Français. [CHRISTOPHE ENA - Keystone]

    Popularisée par son rôle de présidente de la Fondation Hôpitaux de Paris – Hôpitaux de France pour laquelle elle sillonne le territoire à la recherche de pièces jaunes, elle est la seule Première dame à exercer un mandat électif (en Corrèze) pendant la présidence de son époux.

    En 2007, elle adoube Nicolas Sarkozy en vue de la présidentielle malgré l'inimitié historique qu'il entretient avec Jacques Chirac. Cette même année, elle prend la succession de son amie Claude Pompidou à la tête de sa fondation avant de recevoir deux ans plus tard, la Légion d’honneur des mains… de Nicolas Sarkozy.

    Bernadette Chirac
    Pardonnez-moi - Publié le 09 mai 2014

  • Cécilia Sarkozy (désormais Attias) née Ciganer (2007)

    "L’éphémère"

    De père moldave et de mère espagnole, Cécilia grandit à Paris. Durant ses études de droit à la faculté d'Assas, elle fait un peu de mannequinat avant d'abandonner les cours pour devenir assistante parlementaire d'un sénateur de gauche,

    Avant Nicolas Sarkozy, Cécilia épouse Jacques Martin, fameux présentateur télé. C’est d'ailleurs lors de son premier mariage qu'elle rencontre Nicolas Sarkozy qui célèbre leur union en tant que maire de Neuilly.

    Cécilia Sarkozy, Première dame durant cinq mois seulement
    Cécilia Sarkozy, Première dame durant cinq mois seulement [QIAN XIAODUN - DR]

    Une fois mariés, ils forment un couple fusionnel. Elle est de toutes les victoires politiques jusqu'à son accession à la fonction suprême. Pourtant, le couple bat de l'aile dès 2005 et son apparition à la cérémonie d'investiture en mai 2007 n’est qu'une façade. Quelques mois plus tard, Nicolas Sarkozy devient le premier président de la République à divorcer.

    Durant sa courte présence au château, Cécilia joue cependant un rôle actif dans la libération du médecin et des infirmières bulgares détenues huit ans par le leader libyen, Mouammar Kadhafi.

    Cécilia Attias
    Pardonnez-moi - Publié le 27 octobre 2013

  • Carla Bruni – Sarkozy née Bruni Tedeschi (2008 – 2012)

    "Carla"

    De toutes les "Premières dames", Carla Bruni est certainement la plus connue hors de l'Hexagone. Les Bruni – Tedeschi, riche famille d’origine juive de Turin, décident de fuir l'Italie alors que Carla n’a que cinq ans, de peur des enlèvements pratiqués par les Brigades rouges et la 'Ndrangheta calabraise.

    Après une grande carrière de mannequin à New-York, Carla Bruni revient à ses premiers amours, la musique et devient une auteur – compositrice à succès, vendant plus d'1,2 millions de copies de son premier disque Quelqu’un m’a dit.

    Carla Bruni - Sarkozy, star avant d'être Première dame
    Carla Bruni - Sarkozy, star avant d'être Première dame [Eric Feferberg - AP]

    L'ancienne top model fait souvent la une des tabloïds, notamment pour ses relations très médiatisées avec Mike Jagger ou Eric Clapton. Fin 2007, elle rencontre Nicolas Sarkozy lors d’un dîner chez le publicitaire Jacques Séguéla et ils se marient à peine quelques jours plus tard.

    Symbole de l’élégance à la française, elle fait partie en 2010 des 35 femmes les plus influentes du monde selon "Forbes".

    Carla Bruni
    Pardonnez-moi - Publié le 23 décembre 2013

  • Valérie Trierweiler née Massoneau (2012 – 2014)

    "The First Girlfriend"

    Valérie Massoneau naît dans un milieu modeste. Diplômée en sciences politiques à la Sorbonne, elle devient journaliste politique. Mariée et divorcée à deux reprises, elle conserve cependant le nom de son deuxième époux, Denis Trierweiler.

    En 2012, la nouvelle compagne de François Hollande se montre très active dans sa campagne présidentielle. Lors de son élection, elle devient de fait la première "Première dame" non mariée ce qui vaut aux journalistes américains de la surnommer  de "First girlfriend".

    Valérie Trierweiler a reçu le surnom de "First Girlfriend".
    Valérie Trierweiler a reçu le surnom de "First Girlfriend". [Jean-Sebastien Evrard - REUTERS]

    Une fois installée, Valérie Trierweiler impose d’obtenir un cabinet privé avec collaborateurs ainsi qu'un compte officiel twitter de Première dame. Et c'est justement un tweet, rédigé à titre privé, qui la fait remarquer lors des législatives de 2012, dans lequel elle soutient le dissident socialiste Olivier Falorni face à Ségolène Royal, candidate officielle et accessoirement ex-compagne de François Hollande. Cet épisode signe le début d'un désamour entre elle et les Français malgré son engagement comme ambassadrice de la fondation de Danielle Mitterrand.

    En 2014, le couple annonce sa séparation suite aux révélations sur la liaison entre le président et la comédienne Julie Gayet. L'ex - Première dame en profite pour régler ses comptes avec le président dans un livre devenu best - seller, "Merci pour ce moment".

  • Brigitte Macron née Trogneux, ex-Auzière (2017 - )

    "BAM"

    Issue d'une famille de chocolatiers, Brigitte Auzière-Macron est mariée depuis 19 ans lorsqu'elle rencontre, en 1993, Emmanuel Macron. Ce dernier n'a alors que 15 ans. Elle 40. Ils tombent amoureux l'année suivante. Ils surmontent le scandale et se marient en 2007.

    Brigitte Macron.
    Brigitte Macron. [Etienne Laurent - AFP]

    Brigitte Auzière-Macron (BAM, comme l'appellent ses élèves) cesse d'enseigner en 2015 pour se consacrer à la carrière de son mari.

  • Jérémie Henriod, en collaboration avec Gilbert Casasus, professeur d'études européennes à l'Université de Fribourg

    RTS Découverte