Quelques définitions en rapport avec la pauvreté

Lexique

Publié le 27 février 2018 à 16:04 - Modifié le 27 février 2018 à 16:06

La pauvreté

Quelques définitions en rapport avec la pauvreté

Près de 600'000 personnes étaient touchées par la pauvreté en Suisse en 2012, selon les chiffres publiés en 2014 par l'Office fédéral de la statistique. Mais qu'est-ce que la pauvreté? La précarité? Les working poor? Réponse dans ce lexique.

  • La pauvreté

    La pauvreté caractérise la situation d'un individu qui ne dispose pas des ressources suffisantes pour vivre dignement dans une société et son contexte. Elle ne se définit pas dans l'absolu, mais par la réaction qu'un groupe a à son égard, note Goerg Simmel, un sociologue allemand qui s'est penché sur la question de la pauvreté. La pauvreté est donc une donnée relative: chaque société définit à sa manière qui sont les personnes considérées comme pauvres.

  • La précarité

    La précarité est caractérisée par l'incertitude. Une personne est dans une situation précaire quand elle est incertaine de conserver ou récupérer une situation professionnelle ou sociale acceptable dans un avenir proche. C'est donc principalement le caractère irrégulier ou non protégé de l'emploi qui provoque la précarité. La sécurité sociale a notamment été développée pour réduire cette précarité en garantissant un revenu minimal, même en l'absence d'emploi.

  • Le seuil de pauvreté

    Le seuil de pauvreté est un niveau de revenus au-dessous duquel un ménage est considéré comme pauvre. Différents seuils de pauvreté sont utilisés:

    - Le seuil politique: En Suisse, c'est le revenu à partir duquel un ménage est en droit de recevoir l'aide sociale selon les normes officielles de la Conférence suisse des institutions d'action sociale, la CSIAS. Il comprend un montant forfaitaire pour l'entretien et les frais individuels de logement. En 2014, les normes de la CSIAS fixent le minimum vital à 986 francs pour une personne seule (+ le loyer selon des normes qui varient en fonction du lieu d'habitation),  et à  2110 francs par mois (+ le loyer) pour un ménage de 4 personnes. L'aide sociale permet d'atteindre le minimum vital.

    - Le seuil relatif: Sont considérées comme pauvres les personnes qui vivent dans un ménage dont les ressources financières sont inférieures au niveau moyen des revenus. La pauvreté est dans ce cas envisagée comme une forme d'inégalité. C'est ce seuil qui est utilisé pour les comparaisons internationales.

  • Un minimum vital

    Un être humain a besoin d'un minimum de ressources pour vivre en société. L'État définit ce minimum dans ses lois d'aide sociale. Le minimum vital doit permettre non seulement de couvrir les frais d'alimentation, d'habillement, de logement, d'hygiène et les soins, mais encore d'avoir une vie sociale et professionnelle.

  • L'aide social

    L'aide sociale (ou assistance sociale, ou assistance publique) est le dispositif développé par l'État pour garantir le minimum vital. C'est donc un système de solidarité qui apporte assistance aux personnes confrontées à des difficultés d'ordre social et matériel.

  • Working poor

    Être salarié ne permet pas toujours d'atteindre le minimum vital. On nomme working poor (les personnes actives occupées pauvres) les personnes de 18 ans ou plus qui, malgré un emploi, vivent dans un ménage qui n'atteint pas ce minimum. Concrètement, il s'agit de ménages ou de personnes qui, avec un taux d'activité d'au moins 90%, n'arrivent pas à gagner un revenu leur permettant de se situer au-dessus du seuil de pauvreté.

  • Les sans-abris

    Un sans-abri est une personne contrainte de vivre dans des logements temporaires, insalubres ou de mauvaise qualité. Plus précisément, le terme "sans-abri" désigne les personnes qui ne disposent d'aucun lieu couvert pour se protéger des intempéries comme la pluie et le froid. Il s'applique aux personnes qui dorment à l'extérieur (dans la rue, dans un jardin public) ou qui occupent un abri de fortune comme un hall de gare, un centre commercial, une cave, une cage d'escalier. Une personne qui effectue des va-et-vient entre la rue et les centres d'hébergement est également considérée comme sans-abri, selon l'INSEE.

  • L'exclusion sociale

    Il s'agit de la relégation ou de la marginalisation d'individus ne correspondant pas ou plus au modèle dominant d'une société. L'exclusion sociale constitue un processus plus ou moins brutal de rupture parfois progressive des liens sociaux. Plus précisément, le terme est utilisé pour désigner différentes formes de non-participation à la vie sociale (exclusion de l'emploi, du logement, de la consommation, etc.).

  • Crédits et sources

    Crédits

    RTS Découverte, avec la collaboration de Jean-Pierre Tabin, professeur à la Haute école de travail social et de la santé de Lausanne, membre du Pôle de recherche national (PRN) LIVES - Surmonter la vulnérabilité: perspective du parcours de vie.

    Sources

    Wikipédia, CSIAS, OFS, Etat de Fribourg, Commission européenne, Eurofound, infirmiers.com, Le Figaro, J.Wresinski. ("Grande pauvreté et précarité économique et sociale." Paris, Journal Officiel, 1987, p 14.), Simmel, Georg. (1908). Les pauvres (1988 ed.). Paris: PUF, INSEE.