Publié

Le foot romand dans le creux de la vague

En 1999, Servette remportait son 17e titre de champion de Suisse, le dernier d'un club romand à ce jour. [MARTIAL TREZZINI - Keystone]
En 1999, Servette remportait son 17e titre de champion de Suisse, le dernier d'un club romand à ce jour. [MARTIAL TREZZINI - Keystone]
Avec un seul représentant en Super League en 2015/16, le foot romand est à nouveau dans le creux d’une vague. Même constat en équipe nationale où les joueurs alémaniques trustent les places de titulaire. Il est loin le temps où, sur 11 joueurs qui commençaient les matches de l’Euro 1996, 7 étaient romands.

En 1999, Servette remportait son 17e titre de champion de Suisse, le dernier d'un club romand à ce jour. [MARTIAL TREZZINI - Keystone]En 1999, Servette remportait son 17e titre de champion de Suisse, le dernier d'un club romand à ce jour. [MARTIAL TREZZINI - Keystone]

D'où proviennent les récents malheurs des clubs romands ?

En mai 2003, alors en Ligue Nationale B, le Lausanne-Sport sombre à cause d’une mauvaise gestion financière. Direction la 2e ligue interrégionale. En février 2005, c'est au tour du Servette FC de prononcer sa faillite. Le club quitte la LNA et repartira lui en 1re ligue. Enfin, en janvier 2012, Neuchâtel Xamax, l’année de son centenaire, met la clé sous le paillasson. Il coule de Super League (l’ancienne LNA) jusqu’en 2e ligue interrégionale.

Mais ces trois clubs sont progressivement remontés dans la hiérarchie du football suisse. Si Servette n’avaient pas été relégué sur le tapis vert à l'été 2015, ces trois institutions du foot romand batailleraient toutes en Challenge League en 2015/16. Reste donc le FC Sion, ultime club phare du foot francophone au sein de l'élite du foot suisse. Et encore, on n’évoquera pas les multiples rebondissements du feuilleton judiciaire entre Christian Constantin et l’UEFA, la FIFA et les différents tribunaux du pays dans «l’affaire El-Hadary»...

Le passé récent du football romand est donc loin d’être un long fleuve tranquille. Généralement, les frasques des dirigeants en coulisses se répercutent sur le terrain. Les chiffres en attestent: aucune équipe romande ne s’est hissée sur le podium du championnat suisse dans les dix dernières années. A l’exception de Sion, une fois encore, troisième derrière le FC Zurich et le FC Bâle en… 2006/07. Aussi, hormis les saisons 2011/12 et 2012/13 les Romands n’ont jamais été plus de deux en Super League depuis 2003. Ces deux années-là, la ligue a compté respectivement quatre et trois club romands.

Les années 90, période faste pour le foot romand

La domination alémanique n’a pourtant pas toujours été aussi intense. Les plus jeunes ne s’en souviennent certainement pas, mais pour les trentenaires et plus, le milieu des années 1990 reste une période de beaux souvenirs pour les supporters de l’ouest helvétique. En 15 ans, soit de 1985 à 1999, Servette (1985, 1994 et 1999), Xamax (1987 et 1988) et Sion (1992 et 1997) remportent 7 des 15 trophées de champion de Suisse. Pendant ce temps-là, ce même FC Sion soulève cinq Coupes de Suisse (1986, 1991, 1995, 1996 et 1997) et le Lausanne-Sports deux (1998 et 1999). De 1985 à 1999 toujours, la LNA voit toujours au moins un club romand monter sur son podium. Parfois deux.

L’une des récompenses logiques de cette période faste pour les joueurs romands est donc leur sélection en équipe nationale. Lors des quatre matchs de la Coupe du Monde 1994 aux Etats-Unis, on retrouvait ainsi 6 joueurs romands titulaires. Ils sont même 7 sur 11 pour les trois rencontres de l’Euro 1996 en Angleterre. Une époque dorée qui semble désormais bien lointaine.

RTS Découverte

Publié