Un métier idéal, de Jean Mohr

Jean Mohr, Un métier idéal, 1964. Tirage moderne d'après le négatif de 1964. © Jean Mohr - Musée de l'Elysée
Jean Mohr, Un métier idéal, 1964. Tirage moderne d'après le négatif de 1964. © Jean Mohr / Musée de l'Elysée [© Jean Mohr - Musée de l'Elysée]
Tous les mois, RTS Découverte vous emmène, petits et grands, au Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne, au Musée de l'Elysée ou au Musée de design et d'arts appliqués contemporains de Lausanne - le mudac - pour découvrir une œuvre de ces institutions vaudoises appelées à se regrouper pour former le futur Pôle muséal de la capitale vaudoise. En sus de ce décryptage, nous vous proposons une biographie de l'artiste. En ce mois de mai, le Musée de l'Elysée vous fait découvrir une photographie de Jean Mohr, un artiste suisse mondialement connu.

Cette photographie mystérieuse de Jean Mohr est issue du livre Un métier idéal (1967), conçu en collaboration avec l'écrivain John Berger. Le livre raconte le quotidien d'un médecin de campagne anglais. Le photographe et l'écrivain sont partis pendant plus d'un mois pour suivre le docteur durant ses tournées quotidiennes et ses consultations médicales.

Médecin du corps et de l'âme

Le texte et les photographies montrent un homme au rôle central pour les habitants de ce village de campagne. À la fois médecin et confident, John Sassall entretient un lien fort avec les villageois puisqu'il côtoie leurs petites et grandes blessures, leurs soucis, leurs peurs et leurs deuils. Le livre questionne le rôle du médecin et son lien particulier aux patients. Les photographies de Jean Mohr captent les paysages dans lesquels se déroule la vie du médecin, ses visites au domicile des patients, les visages confiants ou apeurés, les soins aux personnes malades, jeunes ou âgées.

Dans cette photographie, le médecin n'apparaît qu'en partie. Au centre de l'image, on voit ses mains qui soutiennent ou manipulent la tête d'un patient. Sa bouche entr'ouverte laisse penser qu'il est concentré. Le patient, lui, a une expression mystérieuse, entre soulagement et douleur. S'est-il fait mal à la nuque, au dos? On ne le sait pas, mais on peut observer la relation de confiance nécessaire entre le patient et le médecin, l'abandon de la tête. Le médecin est celui qui prend soin du corps. Il est habilité à le toucher et le manipuler. Peut-être soigne-t-il aussi parfois l'âme. Cette relation particulière est ici au centre de la photographie de Jean Mohr. On ne devine presque rien du contexte, l'accent est mis sur le geste.

RTS Découverte/Musée de l'Elysée

Publié le 05 mai 2015 à 13:55 - Modifié le 23 mars 2018 à 10:53

Jean Mohr en bref

Jean Mohr est un photographe suisse internationalement reconnu pour son travail engagé: il a montré les conditions de vie des réfugiés et des migrants, par exemple pour le Comité International de la Croix-Rouge (CICR).

À côté de cette œuvre documentaire, il est également connu pour avoir collaboré avec l'écrivain John Berger pour plusieurs livres qui se situent entre le récit par les mots et le récit par la photographie. De leur collaboration sont ainsi nés des livres comme Un métier idéal (1967), Le septième homme (1976), ou Une autre façon de raconter (1981).

Le fonds Jean Mohr au Musée de l'Elysée

La photographie présentée ici provient du Fonds Jean Mohr conservé au Musée de l'Elysée. Ce fonds a été donné au musée par la Fondation Hans Wilsdorf en 2009; il contient les tirages originaux de Jean Mohr, les négatifs, diapositives et planches-contact. Pour le projet du livre Un métier idéal, le musée conserve l'entier des 1800 négatifs.

L'une des missions du Musée de l'Elysée est d’assurer la promotion des fonds qu'il détient. Ainsi le Musée de l’Elysée a produit en juin 2013, à l'occasion du 150e anniversaire du CICR et en partenariat avec le Département fédéral des affaires étrangères, l'exposition Avec les victimes de guerre, photographies de Jean Mohr. 45 étapes ont accueilli l'exposition partout dans le monde et un film a été produit à cette occasion: