Publié

Le chronométrage à travers le temps

Chronos, dieu du temps de la mythologie grecque. [Rufus46 - Wikipédia]
Chronos, dieu du temps de la mythologie grecque. [Rufus46 - Wikipédia]
Les Grecs de l'Antiquité ont inventé à la fois le dieu du temps Chronos et les Jeux Olympiques. Mais ils se moquaient de mesurer la vitesse de leurs athlètes, pour ne s'intéresser qu'à la victoire. Aujourd'hui c'est le chrono qui tient le public en haleine.

Les sports de masses ont commencé à se développer à la fin du XIXe siècle. Dès lors, il a fallu mesurer les performances des athlètes. L'horloger suisse Abraham-Louis Breguet réalise en 1820 le premier chronographe à doubles secondes. Pour écrire le temps certaines aiguilles des secondes sont dotées d'une plume qui dépose une goutte d'encre sur l'émail du cadran.
Il y a eu ensuite un certains nombres de tentatives d'automatisation comme par exemple le premier fil qui permettait d'arrêter le chronographe à la fête fédérale de la gymnastique à Bâle, en 1912.
En 1932 pour les JO de Los Angeles, le comité d'organisation a décidé que tout les juges auraient le même chronographe, le plus précis et le plus fiable était celui d'Omega.
Après-guerre est apparue l'électronique qui a permis le développement de systèmes automatisés et beaucoup plus précis.
Depuis 1973, on sait mesurer des records sportifs au 1/10'000e de seconde, en synchronisant par radiocommande le chronographe officiel à des oscillateurs à quartz.
Enfin, l'arrivée dans les années 1980 d'ordinateurs à grande puissance de calcul a permis de traiter les données dans des temps très courts.
Les records sportifs pleuvent sous les yeux de milliards de téléspectateurs, transformés en juges d'arrivée. Aujourd'hui, on est peut-être plus hypnotisé par le défilé implacable des millièmes de seconde sur l'écran que par l'effort physique et la performance sportive du champion. Paradoxe et triomphe de la technique: c'est le chrono qui tient désormais le public en haleine.

RTS Découverte

Source: Grégory Pons, Equipe Magazine et Christophe Berthaud, Swiss Timing.

Publié