fermer

détail & partage

Le sida en dix films

Retour sur les films traitant du sida qui ont marqué leur temps, des "Nuits fauves" à "Philadelphia", en passant par "Peter's Friends".

1/10

Precious, drame de Lee Daniels (2009). Nous sommes à Harlem. Precious a 16 ans. Obèse et analphabète, elle est battue par sa mère. Violée par son père, qui lui transmet de plus le sida, elle tombe enceinte de son deuxième enfant. Grâce à une institutrice, elle va apprendre à lire, à écrire, et à voir le monde d'un oeil nouveau. Primé aux Oscars (meilleure actrice dans un second rôle pour Mo'Nique et meilleur scénario adapté), aux BAFTA (meilleure actrice dans un second rôle), à Deauville (prix du jury) et à Sundance (grand prix du jury et prix du public), le film a été acclamé par la critique et le public à sa sortie. (© ARP Sélection) [© ARP Sélection ]

2/10

The Constant Gardener, thriller de Fernando Meirelles (2005). Un diplomate britannique (Ralph Fiennes) qui vit au Kenya va chercher à élucider le mystère entourant la mort de sa femme (Rachel Weisz), une militante altermondialiste qui était en relation avec une ONG allemande enquêtant sur les pratiques de l'industrie pharmaceutique. Tessa préparait un rapport sur deux entreprises impliquées dans la lutte contre le sida au Kenya quand elle a été retrouvée assassinée. Adapté d'un roman de John Le Carré, le film a reçu de nombreux prix. (© Mars Distribution) [© Mars Distribution]

3/10

Clara et moi, comédie romantique d'Arnaud Viard (2003). Antoine, la trentaine, vit à Paris. En quête du grand amour, il est comblé le jour où il rencontre Clara. Mais leur vie bascule quand cette dernière apprend qu'elle est malade. (© Pyramide Distribution) [© Pyramide Distribution]

4/10

It's My Party (1996). Nick Stark, un brillant architecte, vit avec son petit ami qui travaille dans le milieu du cinéma. Ce dernier apprend un jour que Nick est atteint du sida. Leur relation s'arrête brutalement. Se sachant au crépuscule de sa vie, Nick, lui, décide d'organiser une grande fête pour réunir autour de lui tous les gens qu'il aime.

5/10

Kids, drame de Larry Clark (1995). New York, un jour de canicule. Telly, un adolescent qui traîne dans les rues, s'amuse à dépuceler de très jeunes filles. Il se croit à l'abri de toute maladie. Mais Jennie, l'une de ses récentes conquêtes, apprend qu'elle est séropositive. N'ayant jamais connu personne d'autre que Telly, elle se lance à sa recherche. Un film cru.

6/10

Avec ou sans hommes, comédie dramatique d'Herbert Ross (1995). Trois femmes que tout sépare se rencontrent et apprennent à se connaître, finissant par former une famille. Jane (Whoopi Goldberg), chanteuse gay sur le retour, Holly (Drew Barrymore), jolie écervelée et Robin (Mary-Louise Parker), agent immobilier, sont unies face à la maladie de l'une.

7/10

N'oublie pas que tu vas mourir, drame de Xavier Beauvois (1995). Sur le point d'entrer à l'armée, un jeune étudiant en histoire de l'art apprend qu'il est séropositif. Il se lance alors dans une quête effrénée de plaisirs. Le film a reçu le prix du jury à Cannes en 1995.

8/10

Philadelphia, drame de Jonathan Demme (1993). Andrew Beckett, excellent avocat, a un avenir brillant qui l'attend. Mais quand ses associés apprennent qu'il a le sida, ils prétextent une faute professionnelle pour pouvoir le renvoyer. Andrew attaque le cabinet pour licenciement abusif. Ce rôle a valu à Tom Hanks l'Oscar du meilleur acteur en 1994.

9/10

Peter's Friends, comédie dramatique de Kenneth Branagh (1992). Peter, qui porte un lourd secret, réunit dans son manoir ses amis qu'il n'a pas revus depuis dix ans. Il compte alors leur faire part de sa maladie. (© Metro-Goldwyn-Mayer Studios Inc.) [© Metro-Goldwyn-Mayer Studios Inc. ]

10/10

Les nuits fauves, drame de Cyril Collard (1992). Jean, 30 ans, bisexuel, atteint du sida, rencontre Laura lors d'un casting. Tous deux tombent amoureux. Un film choc qui a bouleversé toute une génération d'adolescents, qui ont découvert la réalité du sida à travers l'histoire de Cyril Collard, décédé des suites du sida trois jours avant la cérémonie des César de 1993 lors de laquelle son film a été titré meilleur film français de l'année. Romane Bohringer, qui interprétait Laura, a elle reçu le César du meilleur espoir féminin pour son rôle.