Modifié le 06 mars 2013 à 14:39

Le siècle des Lumières

Interdit de séjour à Versailles par décret du roi Louis XV, Voltaire recevait à sa table de Ferney les grands esprits de l'époque. Sur ce tableau de son ami Jean Huber (1721 - 1786), on peut reconnaître Diderot à droite du vieux philosophe et Condorcet à gauche, en discussion avec le père Adam. - "Un dîner de philosophes", 1772 ou 1773, Voltaire Foundation, Oxford.
Interdit de séjour à Versailles par décret du roi Louis XV, Voltaire recevait à sa table de Ferney les grands esprits de l'époque. Sur ce tableau de son ami Jean Huber (1721 - 1786), on peut reconnaître Diderot à droite du vieux philosophe et Condorcet à gauche, en discussion avec le père Adam. - "Un dîner de philosophes", 1772 ou 1773, Voltaire Foundation, Oxford. [ - ]
Il n’est pas facile de résumer en quelques mots ces années qui ont changé le monde. Le siècle des Lumières – associé au XVIIIe siècle – bouleverse pourtant une Europe emplie de rois, de reines et de perruques et amorce la chute de ces monarchies.

Les historiens ne s’entendent pas quant à savoir exactement à quel moment le siècle des Lumières débute. Certains parlent de la fin du règne en France de Louis XIV (1715), d’autres de la Glorieuse Révolution d’Angleterre en 1688 qui, notamment, renverse le roi Jacques II. A sa suite, le nouveau monarque Guillaume II d’Orange signe la Déclaration des droits (interdiction de l’accession au trône par un catholique, élections libres, renouvellement du Parlement, etc.). Ce geste marque la naissance d’une certaine forme de démocratie.

Ailleurs en Europe, les monarchies sont lois et les monarques à la tête de ces royaumes sont souvent cousins. En France, Louis XIV s’éteint en 1715, laissant le trône à son arrière petit-fils Louis XV. Louis XVI lui succédera et sera décapité en 1793. En Prusse, Frédéric II est premier roi de Prusse en 1701, Léopold Ier de Habsbourg, empereur du Saint-Empire. Philippe V est roi des Espagnes et des Indes mais également petit-fils de Louis XIV.

C’est dans ce contexte que naît le courant philosophique, culturel et scientifique qu’on appellera plus tard "Les Lumières", pour évoquer la lumière apportée à l’homme par le savoir. L’homme "éclairé" du XVIIIe siècle se distingue ainsi de ses prédécesseurs, restés dans les ténèbres.

De nombreux philosophes et écrivains rayonnent durant cette période: Rousseau bien sûr mais aussi Montesquieu, Voltaire, Diderot, Beaumarchais et d’Alembert. Simultanément, des scientifiques comme Bernoulli, Euler Laplace, Condorcet, Lavoisier ou Lamarck font avancer la connaissance dans leur domaine respectif, qu'il s'agisse de mathématiques, d'astronomie, de chimie ou de physique.

Les concepts de liberté, d’égalité et de démocratie prennent tout leur sens. On en parle dans les espaces publics comme les cours européennes, les salons littéraires, les chambres de lectures, les théâtres et les opéras. Une phrase célèbre d'Isaac Newton résume assez bien ce regain d'humanisme: "Les hommes construisent trop de murs et pas assez de ponts".

C’est dans ce contexte que s’inscrit l’œuvre de Jean-Jacques Rousseau, un homme que nous vous proposons de découvrir dans ces dix entretiens. Dix manières de distinguer l’écrivain, le musicien, le botaniste ou le rêveur solitaire et surtout de percevoir un siècle de bouleversements intenses.

Tania Chytil

Source: Wikipédia

Publié le 23 mars 2012 à 14:52 - Modifié le 06 mars 2013 à 14:39

Jean-Jacques Rousseau: pensée et influence

Rousseau est, certes, un philosophe des Lumières, en raison du caractère révolutionnaire de ses idées, mais il est aussi à contre-courant de la confiance de son époque dans le progrès.

Ce paradoxe qui anime l'ensemble de ses écrits s'applique à la morale, à la politique, à l'éducation et à la religion. Constant leitmotiv, la nature est le fondement et le principe auquel il ne cesse de se référer.

L'influence des idées de Rousseau sera très nette dans la doctrine politique révolutionnaire mais elle perdurera également tout au long du XIXe siècle dans l'ensemble des sciences humaines.

L'héritage de Rousseau n'est pourtant pas seulement d'ordre philosophique, puisqu'il est aussi à l'origine d'une nouvelle forme de sensibilité. Son univers hanté par la rêverie, la contemplation de la nature, le goût insulaire et la solitude a en effet marqué la littérature du siècle suivant, à tel point que Rousseau est généralement considéré comme l'un des précurseurs du romantisme.

Source: Encyclopédie Microsoft Encarta® 99

Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes

Dans cet essai philosophique, Rousseau établit les bases de son système de pensée. Il explique comment l'Homme, naturellement bon, est corrompu par les institutions sociales.

À partir de la description d'un état de nature plus ou moins mythique, Rousseau présente les différentes institutions telles qu'elles se sont organisées progressivement.

La notion de propriété apparaît comme le point de départ de la société civile: elle génère chez l'Homme le besoin de défendre son territoire, de s'imposer en utilisant la force si nécessaire pour conserver les richesses accumulées.

Le luxe et la séduction de la puissance viennent ensuite engendrer de nouveaux besoins: c'est alors que les lois deviennent nécessaires pour maintenir l'ordre, instaurant par là même un système inégalitaire.

Source: Encyclopédie Microsoft Encarta® 99