Modifié

Les sorcières, des êtres aux pouvoirs maléfiques voyageant sur des balais

Cette toile du peintre américain Tompkins Harrison Matteson de 1853 représente le procès des sorcières de Salem, qui se déroula en 1692 dans le Massachusetts, aux Etats-Unis.
Cette toile du peintre américain Tompkins Harrison Matteson de 1853 représente le procès des sorcières de Salem, qui se déroula en 1692 dans le Massachusetts, aux Etats-Unis.
Parties intégrantes de l'imaginaire halloweenien, les sorcières, parfois gentilles mais le plus souvent méchantes, pimentent les histoires d'horreur avec leurs longs nez et leurs chapeaux pointus. Mais elles font aussi partie de l'Histoire, car nombreux sont ceux qui ont cru à leur existence. Pour preuve, les procès comme celui des sorcières de Salem aux Etats-Unis au XVIIe siècle. Petit tour d'horizon.

Figures incontournables d’Halloween, les sorcières sont des personnes à qui "on attribue des pouvoirs surnaturels et en particulier la faculté d'opérer des maléfices avec l'aide du diable ou de forces malfaisantes", selon la définition du Trésor de la langue française informatisé.

Samantha, Jean-Pierre et Endora, trois des protagonistes de la série "Ma sorcière bien-aimée". [© Collection AlloCiné / www.collectionchristophel.fr]Samantha, Jean-Pierre et Endora, trois des protagonistes de la série "Ma sorcière bien-aimée". [© Collection AlloCiné / www.collectionchristophel.fr]Les sorcières pratiquent, c’est une évidence, la sorcellerie, "une magie de caractère primitif, secret, illicite", précise Le Petit Robert. Leur image varie selon les cultures.

L'image de la sorcière a traversé les époques, du Moyen Âge à aujourd'hui, marquant de son empreinte la littérature, le cinéma et Halloween. Mais comme le précise Martine Ostorero, professeure d'histoire médiévale à l'Université de Lausanne, dans un dossier de RTS Découverte consacré à la sorcellerie, "les sorcières n’existent pas".

Légendes

Tout comme les loups-garous, les sorcières, créatures aux pouvoirs magiques ou maléfiques, c'est selon, ont suscité beaucoup d’interrogations au cours des siècles parmi la population, nombreux étant ceux ayant cru à leur véritable existence et à leurs pouvoirs.

Cette croyance a été si forte que de nombreux procès pour sorcellerie ont eu lieu en Europe et aux Etats-Unis, au Moyen Âge et plus tard, avec pour conclusion des condamnations à mort.

Parmi les procès les plus célèbres, il faut relever le cas en France au XVe siècle de Jeanne d’Arc, qui fut condamnée pour sorcellerie, et celui des sorcières de Salem, aux Etats-Unis, au XVIIe siècle, qui fit grand bruit et inspira de nombreux auteurs et cinéastes (lire encadré). En Suisse, il y a eu l'affaire Anna Göldi.

En Europe, la population s’est mise à croire aux sorcières au Moyen Âge à force de rumeurs, explique Martine Ostorero, professeure d'histoire médiévale à l'Université de Lausanne.

N’ayant pas d’explications rationnelles à des phénomènes comme la mort mystérieuse d’enfants, une mauvaise récolte, la perte du bétail, la population cherchait un "coupable", quelqu'un que l’on pouvait rendre responsable d'incidents naturels.

D’où la chasse aux sorcières et les nombreux procès qui se sont conclus par des condamnations au bûcher. De plus, comme les sorcières étaient, dans l'imaginaire collectif, associées au diable, elles représentaient un danger pour le christianisme, ce qui donnait une justification supplémentaire à leur traduction en justice.

Particularités

Dans le folklore européen et américain, les sorcières, dont les caractéristiques varient selon les époques et les cultures, sont généralement des femmes. On parle en effet peu de sorciers.

Ces créatures mystérieuses portent de longues capes noires, un chapeau pointu, volent sur des balais et ont des pouvoirs magiques. Certaines sont laides, avec un nez crochu et des pustules, d’autres en revanche sont très jolies.

La légende veut qu'elles se rendent, de nuit, sur leurs balais, à des "sabbats", où elles rencontrent le diable autour d’un banquet pour pactiser avec lui et manger de petits enfants.

Dans la littérature et au cinéma, elles sont parfois méchantes, parfois gentilles et espiègles, comme Samantha, l’héroïne de la série télévisée Ma sorcière bien-aimée (lire ci-contre).

Halloween

A Halloween, les sorcières sont reines. [Igor Fjodorov - Fotolia.com]A Halloween, les sorcières sont reines. [Igor Fjodorov - Fotolia.com]Aux côtés des vampires, des fantômes, des zombies et des loups-garous, les sorcières sont les stars d'Halloween.

Avec leurs pouvoirs maléfiques, ces créatures de la nuit sont d’autant plus associées à cette fête païenne que pour certains satanistes, la date du 31 octobre est devenue avec le temps la fête du diable.

Et la traditionnelle phrase "Trick Or Treat", soit "des friandises ou un mauvais sort", prend tout son sens lorsque c'est une sorcière qui la prononce!

Nathalie Hof

Sources: Wikipédia, Le Petit Robert, Allociné, Trésor de la langue française informatisé.

Publié Modifié

Quelques histoires de sorcières célèbres

______________________________________________

DANS LA LITTÉRATURE

Les sorcières de Salem, d'Arthur Miller, est une pièce de théâtre que l'auteur a écrite en 1952. Fondée sur les événements qui secouèrent la ville de Salem, dans l'Etat américain du Massachusetts, en 1692, la pièce sera adaptée au cinéma par Jean-Paul Sartre en 1957, puis par Arthur Miller lui-même en 1996. C'est Nicholas Hytner qui a réalisé "La chasse aux sorcières", avec Daniel Day-Lewis et Winona Ryder dans les rôles principaux.

La saga des sorcières de Mayfair, d'Anne Rice (qui a aussi beaucoup écrit de romans avec des vampires, dont "Entretien avec un vampire"), est une série de livres en trois tomes - Le lien maléfique (1990), L'heure des sorcières (1993), Taltos (1994) - qui raconte l'histoire de l'étrange famille Mayfair à travers les générations. Plusieurs membres de cette famille possèdent d'étranges pouvoirs et semblent pouvoir contrôler un esprit appelé "Lasher".
______________________________________________

AU CINÉMA

Les sorcières d'Eastwick, de George Miller, est une comédie américaine sortie en 1987, avec Jack Nicholson, Cher, Susan Sarandon et Michelle Pfeiffer. Les trois actrices incarnent des amies vivant à Eastwick, un endroit très puritain où furent jadis brûlées maintes sorcières accusées d'avoir pactisé avec le diable. Elles se retrouvent tous les jeudis soirs pour parler de leurs vies, de leurs fantasmes. Leur train-train bascule le jour où Daryl van Horne, incarné par Jack Nicholson, s'installe dans la demeure la plus somptueuse de la ville (voir la bande annonce ci-dessous).

Le projet Blair Witch est un film à suspense à très petit budget qui a été la sensation cinématographique de 1999. Ecrit et réalisé par Daniel Myrick et Eduardo Sánchez, le film part sur les traces de trois jeunes cinéastes qui, en octobre 1994, disparaissent en randonnée dans la forêt de Black Hill au cours d'un reportage sur la sorcellerie. Le film de leur enquête dévoile les événements terrifiants auxquels ils ont été confrontés (voir la bande annonce ci-dessous).
______________________________________________

DANS LES SÉRIES TÉLÉVISÉES

Ma sorcière bien-aimée est une série américaine comique qui a débuté en 1964 et qui a duré 8 ans. Elle relate les aventures de Samantha, une gentille et jolie sorcière qui épouse un simple mortel, Jean-Pierre, qui travaille dans la pub. Leur vie est émaillée d'événements improbables liés aux visites des membres de la famille de Samantha, tous des sorciers, certains coquins, d'autres maladroits, d'où des quiproquos improbables et des imbroglios rigolos.

Charmed est une série américaine qui a commencé en 1998 et qui s'est arrêtée en 2006. On y suit les aventures des soeurs Halliwell qui vivent à San Francisco et qui sont des sorcières. Elles luttent contre le mal en se basant sur un livre de sorcellerie retrouvé dans le galetas de leur maison.
______________________________________________

DANS LES BANDES DESSINÉES

La Complainte des Landes perdues, de Philippe Delaby et Jean Dufaux, est une bande dessinée dont le deuxième cycle, Les Chevaliers du Pardon, conte l'histoire d'un homme chargé d'éradiquer des sorcières particulièrement dangereuses et puissantes, les Moriganes, qui ont le pouvoir de prendre l'apparence de jeunes filles toutes douces.

Asphodèle, d'Eric Corbeyran, raconte l'histoire de trois hommes qui, malgré leur puissance et leur fortune, ne parviennent pas à se débarrasser d'une force terrifiante surgie des ténèbres. Ils font appel à Asphodèle, une sorcière d'aujourd'hui, sans nez crochu et haut chapeau, mais avec un pouvoir diablement efficace. Le premier tome est sorti en 2003.

Le Roi Cyclope d'Isabelle Dethan, suit les aventures d'un sinistre sorcier qui parvient à prendre le pouvoir sur un royaume, imposant une période de terreur. Le seul espoir provient d'un jeune voyant et d'une saltimbanque, qui vont tenter de retourner la situation. Le premier tome est sorti en 1997, le dernier en 1999.

Mélusine, de Clark et Gilson, est une bande dessinée qui compte déjà 20 tomes. Le premier est sorti en 1995. Agée de 119 ans, Mélusine est une "jeune" et jolie sorcière, jeune fille au pair dans un château de Transylvanie. La maîtresse de maison est le fantôme d'une femme au sale caractère, son mari un vampire et le valet de pied une sorte de créature de Frankenstein.

Deux exemples

LA BANDE ANNONCE DES SORCIÈRES D'EASTWICK


LA BANDE ANNONCE DU PROJET BLAIR WITCH