fermer

détail & partage

Galerie des monstres du cinéma

 

1/9

Réalisé par James Whale (1931). Frankenstein, une créature issue de l'imagination de l'auteure anglaise Mary Shelley dans son roman "Frankenstein ou le Prométhée moderne" (1818), compte plus de 30 apparitions au cinéma. Boris Karloff, qui joue le rôle de la créature dans la version de 1931, se spécialisera par la suite dans les rôles de monstres ou de personnages maléfiques. [© Collection Christophe L. ]

2/9

Réalisé par Ernest B. Schoedsack et Merian C. Cooper (1933). Le thème des animaux géants - le requin de "Les dents de la mer (1975), le serpent d'"Anaconda" (1997), etc. - est une constante dans le cinéma fantastique. L'autre thème récurrent abordé par le film, celui de l'amour impossible entre une belle et une bête, est lui aussi très prisé. [© Corbis Sygma ]

3/9

Réalisé par Jack Arnold (1954). Comme dans de nombreux films fantastiques, tout est fait pour que le public prenne fait et cause pour la créature. Sous prétexte de l'étudier, c'est elle qu'on vient déranger dans son milieu naturel alors qu'elle ne demandait rien à personne. Seul hic: le monstre tombe amoureux de la dame...

4/9

Réalisé par Georges A. Romero (1968). Premier épisode d'une trilogie, "La nuit des morts-vivants" lance le personnage du zombie au cinéma. Ces cadavres ambulants qui reviennent du séjour des morts pour s'attaquer aux vivants déferleront dès lors sur le grand et le petit écran. Dernier exemple en date, la série TV "The Walking Dead" (2010), dans laquelle un shérif se réveille d'un long coma et découvre que le monde est envahi par des morts-vivants.

5/9

Réalisé par Stanley Kubrick (1980). Les revenants, esprits, spectres ou ectoplasmes sont omniprésents au cinéma. Ils sont le lien idéal entre le monde des vivants et celui de la mort, mystérieux et redouté. Avenants dans certains films ("S.O.S. Fantômes", "Beetlejuice"), ils deviennent très effrayants dans le thriller de Kubrick - adapté d'un roman de Stephen King - où leur présence n'est la plupart du temps que suggérée. [© Collection Christophe L. ]

6/9

Réalisé par John Landis (1981). Déjà cités par Hérodote au Ve siècle avant J.-C., les loups-garous se transforment en bêtes à la tombée du jour, les nuits de pleine lune. Pour son film, Landis s'était inspiré d'une scène vécue en Roumanie. Lorsqu'il avait 19 ans, il assista lors d'un trajet en voiture à l'enterrement d'un homme au beau milieu de la route. Il apprit que le défunt était un violeur récidiviste et qu'on l'inhumait là pour éviter qu'il ne revienne...

7/9

Réalisé par Wes Craven (1985). Dans ce film terrifiant, les cauchemars des protagonistes deviennent réalité et celui qui vient les hanter est un "boogeyman", la version anglo-saxonne de notre croque-mitaine. Selon la croyance, il se cache dans la chambre des enfants - sous le lit ou dans l'armoire - et ne sort que lorsqu'ils sont couchés. [ © Collection Christophe L. ]

8/9

Réalisé par Ridley Scott (1985). Incontournables dans le cinéma fantastique, le diable et les démons sont partout. Incarnations du mal absolu, il peuvent prendre toutes les formes, aussi bien humaines que monstrueuses. Dans "L'exorciste" (1973), il prend les traits d'une fillette possédée alors qu'à l'affiche de "Angel Heart" (1987), c'est Robert De Niro qui joue le rôle du méchant Louis Cyphre, un Lucifer en costume croisé. Dans son film "Legend", Ridley Scott le dépeint de manière plus classique: cornu, griffu et ricanant...

9/9

Réalisé par Francis Ford Coppola (1993). Les vampires sont indémodables. Dès leurs premières apparitions à l'écran - le "Nosferatu" de Murnau en 1922 - et jusqu'aux récentes séries TV pour public adolescent, il fascine. Séducteur, souvent élégant et beau parleur, ce mort-vivant tue ses victimes en les vidant de leur sang. Certaines d'entre elles ne meurent pas vraiment mais sont choisies pour devenir des vampires à leur tour.