Modifié

La plaque-étendard en bronze de Gorgier

La plaque-étendard de Gorgier avec le détail d'une des sept rondes-bosses [Laténium]
La plaque-étendard de Gorgier avec le détail d'une des sept rondes-bosses [Laténium]
Lundi, mardi, mercredi, jeudi…. Nous les utilisons au quotidien, ils se succèdent dans nos agendas et rythment nos vies. Mais nous souvenons-nous encore qu’à l’origine ces noms si familiers évoquaient des divinités parmi les plus honorées du monde païen? Pourquoi ces dieux ont-ils été attribués aux jours de la semaine?

Les astres et le cosmos ont de tout temps intrigué et fasciné les humains. Il est possible, dans les murs du Laténium, d’évoquer les conceptions astronomiques et les croyances astrologiques des Gallo-Romains grâce à la plaque-étendard de Gorgier.

Ce singulier objet a été découvert à Gorgier lors d’une prospection effectuée en 1987 sur le site gallo-romain de Sur Ponton. Étant donné qu’aucune fouille n’a encore pu s’y dérouler, on ne connaît pas précisément le type d’occupation de ce lieu. Toutefois les archéologues supposent qu’une villa romaine pouvait effectivement s’élever à cet emplacement. Notre étendard appartenait peut-être à l'autel domestique de la villa en question.

Cette plaque en bronze aux dimensions miniatures dévoile par les représentations qui y figurent certaines croyances et conceptions cosmologiques de nos ancêtres. De fait on distingue en ronde-bosse les têtes des sept divinités de la semaine. Chaque jour possède sa divinité.

Ces divinités n’ont pas été choisies au hasard: elles correspondent aux noms des planètes dont les anciens avaient connaissance. Les Grecs comme les Romains utilisaient l’orbite des planètes comme référence de nombreuses mesures temporelles. Les conceptions cosmologiques des anciens étant alors géocentriques, les astres comme le Soleil, la Lune et les cinq autres planètes (Saturne, Mars, Mercure, Jupiter et Vénus) circulaient autour de la terre.

Les représentations des divinités de la semaine se retrouvent pour l’essentiel dans un territoire qui couvre l’est de la France, la Suisse et le sud de l’Allemagne. Ces figurations qui connaissent des formes variées (mosaïques, statuettes, monuments lapidaires ou vases en céramique), sont toutes postérieures à 200 après J.-C.

Sandra Hay, assistante doctorante à l'Université de Neuchâtel, guide-animatrice au Laténium

Publié Modifié

Divinités planétaires

À l’origine il s’agit de divinités traditionnelles du panthéon gréco-romain. Elles ont par la suite donné leurs noms aux sept planètes connues dans l’Antiquité. On les désignait alors par une périphrase: l'astre de tel ou tel dieu. Mais les planètes finirent par être identifiées aux divinités dont elles portaient le nom.
En tant que marqueurs temporels, de par leurs mouvements célestes, les planètes ont influencé la manière de compter le temps de nos ancêtres. Les noms des mois, ceux des jours de la semaine ou encore des heures témoignent de leur importance dans l’Antiquité.

Laraire

Le laraire (lararium) est un autel destiné au culte des Lares, les dieux du foyer. Le culte domestique est un culte essentiel pour les Romains. Chaque maison devait avoir son emplacement sacré dédié aux cultes les plus modestes comme les plus importants. Ce lieu était le plus souvent situé dans un angle de l'atrium de la maison.