Les casques audio

Ils ont un accès VIP à nos oreilles et sont devenus, en plus d’un siècle, accessoires de mode, révélateur social, outil d’isolement, voire pour certains, greffe technologique. Comment les casques sont-ils parvenus à conquérir nos oreilles, et que leur font-ils exactement? "Audioguide" se pose la question.

Scroll

L'histoire d'un triomphe

Pour certains, ils ont été l’une des causes de notre égocentrisme pathologique. Pour d’autres, une forme de méditation moderne.

>> (Ré)écoutez "Audioguide", épisode 1

De la musique plein les oreilles!
DDRockstar -
Audioguide - Publié le 15 mai 2017

Malgré les débats, plus personne ne songe aujourd’hui à se passer des services du casque audio, l’ami le plus intime de notre nerf auditif. C’est un triomphe: avec mini-jack, sans mini-jack, wireless, ouverts, fermés, intra-auriculaires, actifs ou passifs, en plastique ou en or massif, tout le monde a trouvé le sien, en fonction de ce qu’on voulait qu’il dise de nous, si bien qu’on en a presque oublié que le casque audio était un vieillard de plus de 120 ans.

Les premiers modèles

Dans les années 1890, on prend déjà l’habitude d’écouter au casque et on tente de perfectionner l’écoute. Certaines sociétés se spécialisent, comme Electrophone en Angleterre qui propose à ses abonnés une paire d'écouteurs massifs, connectés en-dessous du menton, que l’on tient grâce à une longue tige.

Pourquoi sous le menton et pas sur la tête? Tout simplement à cause des coiffures de ces dames et des chapeaux de ces messieurs!

La course aux inventions est très vivace au tournant du siècle, d’autant plus que l’électricité n’a pas terminé de livrer tous ses secrets, boostée par des inventeurs comme Edison ou Tesla et une nouvelle technologie militaire: la radio.

Nathaniel Baldwin, un modeste inventeur originaire de l’Utah, tente le tout pour le tout et propose à la Marine américaine son modèle de casque en 1910, qui s’avère être bien meilleur que tous ceux existants. Il ouvre alors sa propre usine, Baldwin Radio Company, et devient le précurseur des casques utilisés durant la seconde guerre mondiale.

>> (Ré)écoutez "Audioguide", épisode 2

L'un des premiers casques audio.
Nathaniel Baldwin - Wikimedia
Audioguide - Publié le 16 mai 2017
 

Nathaniel Baldwin, inventeur du casque audio moderne.
Nathaniel Baldwin, inventeur du casque audio moderne. [Pinterest]

Koss

Jusque là, l’usage du casque audio n’est pas réellement destiné à la sphère domestique, mais plutôt aux professionnels, aux radios, à l’armée ou aux opérateurs téléphoniques. Il faut dire que jusque dans les années 50, on ne pratique pas trop l’écoute dans son salon, parce que le matériel n’existe tout simplement pas.

Mais à partir des fifties, le marché des loisirs et donc du matériel audio explose, avec l’arrivée de deux nouveaux concepts: la haute-fidélité et la stéréo.

A l'époque, la haute-fidélité (HI-FI) est une affaire d’hommes et pour que ces derniers ne soient pas dérangés par femme et enfants, une marque choisit de faire entrer le casque audio dans l’intimité du foyer.

Fondée par John Koss, un jazzman et entrepreneur originaire du Milwaukee, elle propose en 1958 le Koss 390, un système entier destiné à l’écoute de la musique, qui se compose d’une platine plutôt massive et d'un joli casque fait de plastique et de mousse recouverte de cuir.

>> (Ré)écoutez "Audioguide", épisode 3

Prise audio.
Liesel Bockl - Image Source/AFP
Audioguide - Publié le 17 mai 2017

Il donnera au casque la forme qu’on lui connaît encore aujourd’hui, puisque tous les fabricants se dépêcheront de développer le leur sur le même modèle. Mais Koss bénéficie d’une longueur d’avance, et surtout, son fondateur a la présence d’esprit de s’associer sa marque avec des superstars de l’époque comme Tony Benett, ou même les Beatles qui acceptent de prêter leur nom à un modèle resté célèbre, le BeatlePhones.

Le BeatlePhones.
Le BeatlePhones. [Pinterest]

Le Walkman de Sony

Dans tout casque audio, il y a un connecteur: le fameux mini-jack. Le mini-jack est développé par Sony en 1964. Après son grand frère le jack, cette invention japonaise casse les standards.

Mais son véritable coming-out se fait 15 ans plus tard, en 1979 avec la sortie du premier Walkman de Sony. Le casque se fait plus petit et s’orne de petites mousses oranges hyper design. Presque 100 ans après le premier casque, on retrouve enfin un objet léger et mobile.

Sony ouvre alors avec son Walkman une nouvelle brèche dans le développement d’écouteurs toujours plus compacts et performants dans le son. Car le son, jusqu'à il y a une dizaine d’années, a été le seul argument capable de faire dépenser une fortune considérable pour un casque.

Le premier Walkman de Sony.
Le premier Walkman de Sony. [Wikimedia]

Beats by Dr. Dre

Mais un homme et une marque ont été capables de renverser cette constante: c’est Dr. Dre et ses casques Beats.

Beats, c’est un tiers du marché des casques en 2015 et c’est surtout le symbole d’une nouvelle ère du casque, celle du luxe que l’on pose ostentatoirement sur ses oreilles.

Et dire que le casque avait mis tant d’années à essayer de se faire oublier, le voilà de retour avec ses gros sabots. C’est que Dr. Dre a habilement utilisé les mêmes ficelles que Koss dans les fifties: il a habillé les stars de son casque et fait du placement produit dans ses clips.

>> (Ré)écoutez "Audioguide", épisode 4

Des casques audio.
Pixabay
Audioguide - Publié le 18 mai 2017

L’écoute au casque a popularisé un nouveau concept social, celui du "seul ensemble". Enfiler un casque, c’est devenu un geste routinier auquel on ne pense plus véritablement, au point qu’on est incapable par exemple de dire combien d’heures on le porte en moyenne par jour. Et bien sûr, physiquement, cela a un prix.

>> (Ré)écoutez "Audioguide", épisode 5

Les écouteurs peuvent se transformer en micro à votre insu.
Kevin C Moore - Cultura Creative/AFP
Audioguide - Publié le 19 mai 2017

C'est un cercle vicieux: notre environnement sonore est de plus en plus fort et fatiguant. Par conséquent, pour s’en isoler, on augmente le volume dans le casque.

Et surtout, la modification de nos habitudes de loisir comme l’écoute permanente de musique ou les jeux vidéos rallongent considérablement notre temps d’exposition, qui peut atteindre pour certaines personnes 7 heures par jour, dont parfois 3 d'affilée.

Avec tout ça, l’écoute au casque semble ne pas avoir les faveurs. Et pour compliquer la chose, un autre problème vient s’ajouter à la longue liste des doléances: celui de l’espionnage de votre vie privée. Car les casques de ces dernières années sont soit équipés de micro, soit connectés par Bluetooth ou Wi-Fi. Et si c’est connecté, c’est que ça peut transmettre des données...

Ainsi, à défaut d’entendre encore dans quelques années, on aura de merveilleux scénarios de films de science-fiction ou d’espionnage sous la main pour se divertir.

Une série proposée par Ellen Ichters pour l'émission "Audioguide" sur Couleur 3

Réalisation web: Louise Saudan

mai 2017