Chaque matin, Stéphane Thiébaud extirpe du Club Shellac dominical un titre qu’il met en exergue, plongée dans des chansons issues d’une folle collection de 78 tours, datant de 1910 à 1950.