Génome [Depositphotos - Rost9]

Un regard nouveau sur les migrations néolithiques grâce à une tombe vieille de 4 250 ans

Une tombe néolithique découverte près de Troyes, dans le Grand Est, apporte de nouvelles informations sur le peuplement de l'Europe. Cette tombe collective, datant d'environ 4 250 ans, révèle des détails sur les migrations anciennes et le métissage des populations.

Les scientifiques ont analysé les ossements trouvés dans cette tombe et les ont comparés à d'anciens génomes déjà décodés. Leurs recherches ont mis en lumière deux vagues de métissage entre les populations locales et celles venues des steppes russes et ukrainiennes. Ces interactions ont conduit à la formation de la première culture paneuropéenne et ont façonné la structure du génome européen, qui reste largement le nôtre aujourd'hui.

Eva-Maria Geigl, directrice de recherches au CNRS et dernière autrice de l'étude publiée dans la revue Science Advances, souligne l'importance de ces découvertes.

Les recherches issues de cette tombe près de Troyes ont permis de comparer les génomes trouvés avec ceux présents dans une base de données de génomes anciens, confirmant ainsi l'importance de ces métissages dans la genèse du génome européen actuel.

Un sujet de Stéphane Délétroz.
Un regard nouveau sur les migrations néolithiques grâce à une tombe vieille de 4 250 ans