Les viviers sont les seuls vestiges de la Station marine d'origine à Concarneau en Bretagne. [RTS - Sarah Dirren]

Station marine, volcans martiens, des slips déterrés et des lettres autobiographiques

1. Concarneau: visite de la plus vieille station marine au monde encore en activité

Sarah Dirren sʹest rendue dans le Finistère en Bretagne, en France, pour visiter la plus ancienne station de recherche marine encore en activité dans le monde.

Outre ses activités de recherche depuis son ouverture en 1859, la station fait partie du Musée national d'histoire naturelle et sert d'espace pédagogique où le public peut explorer la faune marine de la région. Grâce à des installations comme le Marinarium, les visiteurs et visiteuses partent à la découverte de la diversité des espèces marines, des méduses aux homards bleus, en passant par les coraux et les cultures de plancton.

Découverte de ce lieu magique avec Stéphanie Massé, responsable dʹexploitation à la Station marine de Concarneau.


2. Quand les volcans de Mars se couvrent dʹun petit givre matinal

Une équipe internationale de chercheurs, dirigée par l'Université de Berne (UNIBE), a fait une découverte surprenante sur Mars: une fine couche de givre au sommet des volcans martiens, les plus hautes montagnes de notre système solaire. Cette glace, visible uniquement au lever du jour, a pu être observée grâce à des milliers de photos en couleurs à haute résolution capturées par la caméra CaSSIS (Color and Stereo Surface Imaging System) à bord de la sonde ExoMars Trace Gas Orbiter (TGO) de l'Agence spatiale européenne (ESA).

Les images montrent clairement du givre dans les zones moins exposées au soleil, comme le bord nord de l'Olympus Mons, un volcan qui s'élève à 26 kilomètres au-dessus des plaines environnantes. Un phénomène difficile à expliquer pour les Terriens, puisque ces volcans se trouvent à des latitudes basses, près de l'équateur martien, où normalement la température devrait être plus élevée.

Cécile Guérin éclaircit le sujet en compagnie dʹAntoine Pommerol, planétologue au Département de recherche spatiale et des sciences planétaires à lʹUNIBE, co-auteur de cette étude parue dans Nature Geoscience (10.06.24).


3. La preuve par le slip: deux mois plus tard, les résultats de lʹexpérience

En avril 2024, lʹOffice fédéral de lʹenvironnement (OFEV) lançait une action de science participative à la population dénommée "La preuve par le slip". Les 20 et 21 avril, les personnes intéressées pouvaient découvrir lʹétat de santé et le degré de vitalité du sol de leur terrain via une technique toute particulière. Pour participer à lʹexpérience, il suffisait dʹenterrer des sous-vêtements dans son jardin et dʹattendre deux mois.

Deux mois plus tard, nous y sommes, il est lʹheure dʹaller récolter petites culottes et autres caleçons colorés pour voir dans quel état de dégradation ils se trouvent. Pour rappel: moins il reste de sous-vêtement, plus le sol est sain!

Explications avec Elena Havlicek, pédologue, docteure en science du sol à lʹOFEV. Un sujet de Sarah Dirren. À réécouter: "La preuve par le slip! Ou quel est lʹétat de santé de notre sol" (CQFD, 17.04.24).


4. Cher docteur, voilà qui je suis

Un projet de lʹHôpital régional de Lugano propose aux patient.e.s de rédiger une lettre biographique adressée aux médecins et soignants qui vont les opérer. Cette initiative, visant à humaniser les soins, permet à l'équipe médicale de mieux connaître les personnes qu'elles vont traiter, au-delà du strict cadre médical.

Explications de Pietro Majno-Hurst, chirurgien, chef du Service de chirurgie à lʹHôpital régional de Lugano et directeur du projet, au micro dʹArditë Shabani.
Station marine, volcans martiens, des slips déterrés et des lettres autobiographiques