L’artiste gnaoui Hamouda devant l'une de ses peintures dans la médina d'Essaouira. [RTS - ©Quentin Bleuzen]

Le long métrage : La musique Gnaoua dʹEssaouira au Maroc, entre tradition et fusion

En juin dernier, la 24ème édition du festival de musique Gnaoua d'Essaouira a réuni plus de 250 000 personnes. Au son du guembri (guitare basse), des qrakebs, (percussions dʹacier) et des tambours, les Gnaoua fêtent la foi dans lʹIslam et dans la vie. Leur culture est née au Maroc de la rencontre entre les descendant.e.s d'esclaves d'Afrique de l'Ouest, les berbères et les arabes. À l'origine, ce sont surtout les lilas, ces cérémonies festives nocturnes, qui ont fait leur réputation. Des femmes, principalement, viennent y trouver une guérison que ne leur offre pas la médecine moderne. Mais à Essaouira, ces lilas de transe se font de plus en plus rares, lʹouverture et la reconnaissance internationale des Gnaoua changeant les traditions… au profit des femmes. Car il nʹest pas rare aujourd'hui dʹen voir jouer du guembri sur scène, pratique impensable il y a quelques années.
Reportage : Quentin Bleuzen
Réalisation : Jean-Daniel Mottet
Le long métrage : La musique Gnaoua dʹEssaouira au Maroc, entre tradition et fusion