Photographie non datée fournie par l'Autorité israélienne des antiquités le 17 février 2015 et montrant une partie de 2'000 pièces d'or découvertes en Israël. Ce trésor se trouvait dans l'ancien port du parc national de Césarée, en mer Méditerranée. Les pièces, datant de la période fatimide (XIe siècle de notre ère), ont été repérées par un groupe de plongeurs. [CLARA AMIT - EPA/KEYSTONE/ISRAEL ANTIQUITIES AUTHORITY]

Plongée vers un passé englouti - Secrets d'épaves (3/5, première partie)

"Le plus grand musée du monde se trouve au fond de la mer", voilà ce que disait, il y a près de 100 ans, le célèbre archéologue français Salomon Reinach.
Les années 1940-50 marqueront un tournant dans le domaine de l'archéologie sous-marine avec le développement des scaphandres autonomes légers; grâce notamment au Commandant Cousteau. Aujourd’hui, de nombreux archéologues passionnés sont à la recherche d’objets perdus en mer. Les chasseuses et chasseurs d’épaves peuvent découvrir des débris d’embarcations de l’Antiquité ou de paquebots comme celui du Titanic.

Anne Joncheray, directrice du musée archéologique de Saint-Raphaël, archéologue, plongeuse professionnelle et chasseuse d’épaves depuis près de 40 ans est au micro de Laurent Huguenin-Elie. Elle a signé "Secrets d’épaves" (Editions Belin) avec Jean-Pierre Joncheray.


Photographie non datée fournie par l'Autorité israélienne des antiquités le 17 février 2015 et montrant une partie de 2'000 pièces d'or découvertes en Israël. Ce trésor se trouvait dans l'ancien port du parc national de Césarée, en mer Méditerranée. Les pièces, datant de la période fatimide (XIe siècle de notre ère), ont été repérées par un groupe de plongeurs.
Plongée vers un passé englouti - Secrets d'épaves (3/5, première partie)