Affiche du film "Limelight" avec Charles Chaplin, 1952. [Archives du 7eme Art - AFP]

Limelight (les Feux de la rampe), Charles Chaplin, 1952

Les feux de la rampe est un très beau film de Charles Chaplin.
Peut-être le plus nostalgique.
Celui qui marque la fin dʹun temps, un passage tout du moins entre la figure de Charlot et celle de Chaplin, entre lʹAmérique et lʹexil.
Les Feux de la rampe, Limelight est le dernier film américain de Charlie Chaplin, sorti en 1952.
Une nouvelle vie commencera pour lui après, en Europe, où il réalisera ses deux derniers films, Un roi à New-York et la Comtesse de Hong Kong.
A lʹécran, Charles Chaplin bien sûr, mais également Buster Keaton, autre artiste complet, star du muet et Claire Bloom, jeune comédienne de 20 ans.
Si le film se teinte de nostalgie, cʹest parce quʹà travers le personnage de Calvero, Chaplin fait ses adieux au Tramp, à Charlot.
Lʹacteur, réalisateur prend sa place sous les feux de la rampe.
Il avait déjà commencé à se détacher de son personnage fétiche avec son film précédent Monsieur Verdoux.
Film de la maturité, Limelight permet à Chaplin dʹapparaitre plus fragile et vieillissant.
Ce qui frappe, cʹest son image nue, son sourire hésitant, ses cheveux blancs, son regard et ses mains marquées de taches brunes.
Cʹest aussi un passage de témoin à la jeunesse et au monde du spectacle.


REFERENCES :
ROBINSON, David, Chaplin, Ramsay Cinéma, 2002

LEPROHON, Pierre, Charles Chaplin, Les nouvelles éditions Debresse, Paris, 1957

The Charlie Chaplin Archives, Edited by Paul DUNCAN, TASCHEN, 2015
Limelight (les Feux de la rampe), Charles Chaplin, 1952