Le cargo soviétique Bonronec met le cap vers l'est au départ de La Havane (Cuba), le 9 novembre 1962. Les objets cylindriques cachés par des bâches et entreposés sur le pont arrière semblent être des lanceurs de missiles mobiles. Un appel à la paix du pape Jean XXIII avait été radiodiffusé et relayé en première page par la Pravda le 26 octobre. Le retrait des missiles est décidé par Khrouchtchev le jour-même, après un engagement écrit de non-invasion de Cuba par le président Kennedy. [Bob Schutz - AP Photo/Keystone]

Kennedy, histoire d'un mythe américain - La crise des missiles (2/5)

Le 16 octobre 1962, un petit groupe se réunit secrètement et en urgence à la Maison Blanche. Il y a là notamment John et Robert Kennedy. Le président des Etats-Unis et son frère réalisent qu'ils ont été dupés: les mouvements suspects des Soviétiques à Cuba n'avaient rien d'anodin. Durant deux semaines, le monde va retenir son souffle et craindre une guerre nucléaire.
Pour comprendre ce qui se joue alors, Laurent Huguenin-Elie retrouve Nicole Bacharan, politologue, historienne, spécialiste des Etats-Unis, auteure de "Les grands jours qui ont changé l'Amérique" (Perrin) et "Les secrets de la Maison Blanche" (Perrin).

Photo: le cargo soviétique Bonronec met le cap vers l'est au départ de La Havane (Cuba), le 9 novembre 1962. Les objets cylindriques cachés par des bâches et entreposés sur le pont arrière semblent être des lanceurs de missiles mobiles. Un appel à la paix du pape Jean XXIII avait été radiodiffusé et relayé en première page par la Pravda le 26 octobre. Le retrait des missiles est décidé par Khrouchtchev le jour-même, après un engagement écrit de non-invasion de Cuba par le président Kennedy. (© Bob Schutz / AP Photo/Keystone)
Kennedy, histoire d'un mythe américain - La crise des missiles (2/5)