Deuxième peripherique à Pékin : le smog printanier habituel des jours de semaine. [Alain Arnaud]
Impatience

Pékin: un air follement mauvais

25 min. - le 28 mai 2012

Informations

Les habitants de la capitale chinoise se mettent à réaliser que la qualité de l'air qu'ils respirent est catastrophique. Cette prise de conscience a forcé les autorités à reconnaître la gravité du problème, et à mieux informer la population.

Il faudra cependant 30 ou 40 ans pour que l'air de Pékin retrouve une qualité acceptable, pour autant que des mesures de lutte efficaces soient prises dès aujourd'hui.