Olivier Rolin regrette que la Russie n'explore pas plus son passé. [Olivier Laban-Mattei - AFP]
Haute définition

1917 (3/4): "il n’y a rien à fêter"

15 min. - le 20 août 2017

Informations

Il ne reste rien de la révolution de 1917. Olivier Rolin insiste, la mémoire est douloureuse. Elle nous laisse un goût de "pessimisme". L’écrivain regrette que cette mémoire ne soit pas plus explorée en Russie. Pessimiste, cet ancien maoïste repenti ne s’interdit pas toute utopie. Il rêve "d’utopies plus modestes et souhaitables", plus humaines.

Autres épisodes