Les défenseurs professionnels courent plus de risques que les footballeurs évoluant à d'autres postes de développer des maladies neurodégénératives du fait de leur recours plus fréquent au jeu de tête, démontre une nouvelle étude rendue publique par l'Université de Glasgow. [Urs Flueeler - Keystone]
Quinze minutes

15 minutes - Football et tête: faut-il s’inquiéter?

14 min. - le 18 septembre 2021

Autres épisodes