Les signatures de l'Acte de Mediation de 1803 photographiées au Musée national Suisse du Chateau de Prangins. [Martial Trezzini - Keystone]

L’Acte de Médiation, naissance de la Suisse contemporaine (1/5)

Signée à Paris le 19 février 1803 par la volonté du Premier Consul Napoléon Bonaparte, la loi fondamentale instituant les fondements politiques de la Confédération helvétique ouvrait la réconciliation entre cantons divisés.

Après la rupture de la République helvétique, l’Acte de Médiation consacrait la fin irrévocable de l’Ancien Régime, tempérait les ardeurs conservatrices, consacrait l’égalité formelle des dix-neuf cantons, mais faisait de la Suisse un état dépendant.

La protection française
Depuis la signature de la Paix perpétuelle entre François Ier et les Confédérés le 29 novembre 1516, la France monarchique a veillé à protéger le Corps helvétique comme état-tampon et pour prélever des troupes à son propre service. Le Premier Consul, maître des champs de bataille, a poursuivi cette politique protectrice.

Par Bastien Moeckli et Christian Ciocca
L’Acte de Médiation, naissance de la Suisse contemporaine (1/5)