Olivier Roy, sociologue. [Ulf Andersen - AFP]

Olivier Roy: analyse dʹune stratégie de la terreur

"De Khaled Kelkal en 1995 à lʹattentat de Nice en 2016, pratiquement tous les terroristes se font exploser eux-mêmes ou tuer par la police, sans vraiment chercher à fuir et sans que leur mort soit nécessaire à la réalisation de leur action.
"Nous aimons la mort, vous aimez la vie", c'est la phrase attribuée à Ben Laden.
La mort du terroriste nʹest pas une possibilité ou une conséquence malheureuse de son action, elle est au cœur de son projet. Lʹon retrouve cette même fascination pour la mort chez le djihadiste qui rejoint Daech: lʹattentat-suicide est la finalité par excellence de son engagement. Et si cʹétait cela, le vrai danger? Non pas les dégâts infligés, mais lʹeffet de terreur?." (source: éditeur)
Avec Olivier Roy, Directeur de recherche au CNRS et professeur à lʹInstitut universitaire européen de Florence.
Le Djihad et la mort, Olivier Roy, éditions du Seuil, 2016
Une émission de Laurence Difélix
Olivier Roy: analyse dʹune stratégie de la terreur