Charles Trenet, le Fou chantant

Charles Trenet [RTS]
  • Musique et variétés
  • Vidéo 2 min.

17 février 1973

Samedi-variétés

En 1973, comme à son habitude, l'émission Samedi-Variétés laisse carte blanche à son invité pour offrir le meilleur de son répertoire au téléspectateurs. Le chanteur français Charles Trenet interprète la chanson "Y'a d'la joie", écrite en 1936 alors qu’il effectuait son service militaire, sur une musique qu’il a composé avec Michel Emer.

Le «Fou chantant» est né le 18 mai 1913 Narbonne où il passe quelques années avant de rejoindre son père, notaire à Perpignan. Elève plutôt médiocre – il se fait notamment renvoyer du lycée pour injures au surveillant, il quitte la France pour rejoindre sa mère à Berlin en 1928. Il y rencontre des artistes comme Fritz Lang et Kurt Weill et se passionne pour le jazz. De retour à Paris à 16 ans, il s'inscrit aux Arts décoratifs, mais il est visiblement plus attiré par les cabarets de Montparnasse que par la rigidité scolaire. Parmi les nombreuses rencontres de cette époque, figure le suisse Johnny Hess qui le lancera dans la chanson. Tous deux forment un duo, Trenet écrivant les textes et Hess composant les musiques; de cette époque date son surnom de «Fou chantant».

Il devient une star internationale dans les années précédent la Seconde Guerre; la critique est enthousiasmée par son passage à l' «ABC» en 1938. Trenet a traversé toutes les modes, créant près de 600 chansons parmi les plus célèbres de l'histoire de la chanson universelle: «Je chante», «Le grand café», «Boum», «Le soleil a rendez-vous avec la lune», «La route enchantée», «La mer», «Douce France», «Moi, j'aime le music-hall», «Que reste-t-il de nos amours»…

Il donne son dernier récital à 86 ans à la Salle Pleyel à Paris le 6 novembre 1999. Pascal Décaillet en fit un émouvant témoignage dans l'Hebdo: «A 86 ans et demi, le Fou chantant embrase un public en délire. Avec trois vertèbres froissées. Deux heures de grâce. Génie, à l'état pur. Comment parler de ce concert-là, au fond? Comment dire l'émotion qui fut celle de toute une salle, restituer la grâce de ces instants, la communion de plus de deux mille personnes face au génie d'un homme?

Après soixante-cinq ans de carrière, avons-nous assisté, ce samedi 6 novembre, au dernier récital de Charles Trenet? Peu importe: pour nous, il sera le premier, et pour longtemps, le plus fou, le plus riche d'émotions et de souvenirs. Comme si la route enchantée du vingtième siècle s'était offerte à nos mémoires, à l'envers ou à l'endroit, entre lune et soleil, entre Front populaire et aube de l'an 2000.»[…]

Charles Trenet est décédé des suites d'une attaque cérébrale le 19 février 2001. Aujourd'hui, sa propriété des la Côte d'Azur «le long des golfes clairs» est en vente pour 4 millions d'euros…