Sous la loupe

De son lit d'hôpital, Roland Collombin répond à une interview.

Pour recueillir les réactions des skieurs Roland Collombin, hospitalisé à Bâle après sa terrible chute dans la descente de Val d'Isère, et de Bernard Russi, venu lui rendre visite, l'émission Sous la loupe n'a pas lésiné sur les moyens. C'est donc en duplex spécial que Jacques Deschenaux interroge ces grands skieurs suisses en compagnie de Philippe Roux en plateau. Sujet de leur discussion : que valent les descendeurs canadiens?

Roland Collombin est né le 17 février 1951 à Versegères dans le val de Bagnes en Valais. Marié et père de deux enfants, cet ancien champion de ski reçoit sa première paire de lattes à 4 ans. Son palmarès est impressionnant:

médaillé d'argent de la descente aux Jeux olympiques de Sapporo

8 victoires dans des descentes de Coupe du monde dont les plus prestigieuses

2 fois vainqueur de la Coupe du monde de descente saison 1972/1973 et saison 1973/74

3e du classement général de la Coupe du monde saison 1972/1973 et quatrième saison 1973/1974.

Roland Collombin est un sportif modeste, à la mesure du milieu montagnard qui l'a forgé, ambitieux et discret. Solitaire, farouche comme peuvent l'être ceux qui tutoient la montagne, simple et indépendant.

Bernard Russi est né le 20 août 1948 à Andermatt dans le canton d'Uri. Il s'est lancé dans le ski «parce qu'il n'y avait rien d'autre à faire dans une région où il y a de la neige six mois par année». Surprenant champion du monde de descente en 1970 à Val Gardena, il n'a pas tardé à confirmer ses immenses qualités de glisseur et de styliste efficace.

Champion olympique de descente sur le tracé du Mont Eniwa à Sapporo, en 1972, Bernard Russi n'a été battu 4 ans plus tard que de 33 centièmes de seconde par Franz Klammer, qui se sentait particulièrement motivé sur la piste à Innsbruck. Bernard Russi a également traduit son indéniable classe en remportant la Coupe du monde de descente, en 1971 et en 1972.

Il est aujourd'hui conseiller auprès de la Fédération internationale de ski pour la construction et l'aménagement des pistes de descente. On lui doit notamment les pistes de descente d'Albertville, de Lillehammer et de Nagano.

Philippe Roux, né le 7 décembre 1952 à Verbier, a fait partie de l'équipe nationale de ski pendant dix ans avant de devenir un spécialiste des courses de rallye automobile.

Son palmarès de skieur:

Quatrième aux Jeux Olympiques d'Innsbruck en 1976.

Quatrième à la Coupe de Monde 1975-76.

Deux titres de Champion Suisse de descente en 1975 et en 1976.

Vingt places dans les dix premiers en Coupe du Monde de descente, dont plusieurs places de deuxième et troisième, de 1972 à 1979.

Participé aux Championnats du Monde de ski en 1974 et en 1978 et aux Jeux Olympiques de 1976.

et de pilote:

Vainqueur du Rallye du Vin comptant pour le Championnat Suisse 1978.

Quatre fois parmi les cinq premiers dans d'autres manches du Championnat Suisse entre 1975 et 1979.

Deux fois deuxième au classement général du Championnat Suisse.

Trois fois vainqueur du Rallye du Valais, comptant pour le Championnats d'Europe des Rallyes.

Participation au 24 heures du Mans en 1979. En sport prototype.

Vainqueur des 6 heures de Dijon 1979. En sport prototype.

  • Journaliste: Jacques Deschenaux
    Réalisateur: Jean Rigataux