Arbitre amateur

Marcel Schneuwly, arbitre amateur.

En 1969, l'émission Caméra Sport  propose le portrait d'un... employé des CFF! Mais c'est que Marcel Schneuwly est aussi un ancien footballeur, devenu arbitre amateur lors des matches du Championnat Suisse de football.

II partage sa vie entre la gare et le stade car arbitrer un match ne nourrit pas son homme et cette activité, bien que rétribuée, n'est pas un véritable métier.

L’histoire de l’arbitrage dans le football:

Au début de ce jeu, on comptait sur le fair-play des joueurs pour la bonne tenue des matches de football. Mais cette vision utopique n’a pas survécu aux parties qui se finissaient dans la violence.

Dès 1847, en Angleterre, deux juges de touche surveillent les buts. Ils possèdent une montre et indiquent la mi-temps et la fin du match. En 1849, on décide que les capitaines désigneront toujours les juges de touche, ces derniers devant s'entendre pour nommer un arbitre. Les deux juges de touche, un dans chaque camp, restent sur le terrain, tandis que l’arbitre est installé en tribune. S'ils ne peuvent tomber d'accord sur une décision, c'est l’arbitre qui tranche.

Début 1890, l’arbitre passe des tribunes au centre du terrain repoussant les deux juges sur les lignes de touche. Cette évolution fait suite aux nombreux problèmes que posait le double arbitrage.

En 1891, on invente toute une batterie de sanctions, tel le penalty, et l'arbitre unique est « omnipotent », c'est-à-dire responsable d'un match de A à Z. En août, le trio arbitral tel que nous le connaissons aujourd'hui est formé.

En 1996, les arbitres de touche sont appelés arbitres assistants; ils assistent en effet l'arbitre central dans ses décisions, quand celui-ci a un doute au sujet d'une action litigieuse (par exemple: franchissement de la ligne de but d'un ballon, responsabilité des protagonistes dans une bagarre, faute dans le dos de l'arbitre, etc.).

En 2013, la professionnalisation de l'arbitre et l'utilisation de vidéos sont toujours des questions en débat dans le monde du football.

  • Journaliste : Jean-Jacques Tillmann
    Monteur : Daniel Corbat