Suisse : les femmes et la politique après 1971

Gabrielle Nanchen, conseillère nationale, en 1972 [RTS]
  • Politique suisse
  • Vidéo 45 min.

18 mars 1972

Samedi-jeunesse

En 1972, Samedi-jeunesse consacre une émission aux relations entre les femmes et la politique. Le journaliste Jean-François Nicod revient d’abord sur l’histoire des suffragettes qui, dès la seconde moitié du 19 siècle, commencèrent à revendiquer leurs droits politiques dans les pays anglo-saxons. Si aux USA les femmes peuvent voter depuis 1919, la Suisse a dû attendre 1971 pour que ce droit leur soit accordé au niveau fédéral.

Samedi-Jeunesse rend visite à Gabrielle Nanchen, la plus jeune des onze femmes élues au Parlement suisse après l’introduction du droit de vote et d’éligibilité. Elle y siège comme conseillère nationale dans les rangs du parti socialiste. La jeune femme évoque son apprentissage de l’univers dans lequel elle a été soudainement projetée. Ses collègues hommes ont pour la plupart fait leurs armes dans les législatifs ou les exécutifs communaux et cantonaux. Cette absence d'expérience politique est un handicap, comme l’est la pression contenue dans la question du journaliste -qui deviendra un leitmotiv adressé à toute femme exerçant une fonction politique- sur la conciliation entre vie publique et vie familiale.  

L’accession au droits civiques a-t-elle changé le quotidien des femmes suisses ? Celles-ci sont de plus en plus nombreuses à travailler. Cela peut apparaître à première vue positif, mais la réalité l’est moins. Les femmes sont souvent peu formées et moins bien payées que les hommes. De plus, elles continuent à avoir la charge du ménage et de l’éducation des enfants.

Si les jeunes femmes bénéficient, grâce à l’introduction de la mixité scolaire, des mêmes perspectives de formation que les garçons, les clivages entre métiers d’hommes et métiers de femmes peinent à se résorber. Et l’évolution des mentalités reste lente.