Adolfo Suarez

Adolfo Suarez, un premier ministre providentiel pour l'après-franquisme.

Adolfo Suarez, issu de la Phalange franquiste et désigné en 1976 par le roi Juan Carlos pour devenir Premier ministre, se révèle contre toutes les attentes l'homme providentiel de l'Espagne.

Sa modération, sa tolérance et son goût du dialogue dans le respect des différentes factions font de lui l'allié incontournable et l'homme de confiance du roi Juan Carlos pour mener la transition démocratique espagnole. En 1977, la revue Time magazine le consacre homme de l'année.

Dans l'émission Un jour une heure de juin 1977, c'est un beau portrait de l'homme politique et de l'homme intime que trace le journaliste Daniel Pasche.

Au lendemain de la mort de Franco (20 novembre 1975), Juan Carlos de Bourbon, petit-fils d'Alphonse XIII monte sur le trône. Il avait été choisi par le Caudillo en 1969 pour lui succéder. Aidé par Adolfo Suarez, qui dirige un gouvernement centriste de 1976 à 1981, le roi entreprend la démocratisation du régime. La Constitution de 1978 rétablit les institutions représentatives et crée des gouvernements autonomes dans les dix-sept régions du pays.

La poursuite des attentats terroristes au Pays basque incite une frange de l'armée a lancer un putsch en février 1981. Cette tentative échoue grâce à l'intervention de Juan Carlos.

Adolfo Suarez, principal artisan avec le roi de la transition démocratique, ne parvient pourtant pas à imposer son parti du centre comme parti de gouvernement. Aux élections de 1982, le Parti socialiste ouvrier (PSOE) de Felipe Gonzalez l'emporte.

  • Journaliste: Daniel Pasche