Le Yémen de 1985

En 1985, le vent du changement souffle sur le Yémen républicain. [RTS]
  • Autres pays et peuples
  • Vidéo 6 min.

19 septembre 1985

TJ midi

En 1985, le Yémen est un pays en transition. Après la révolution de 1962 et une guerre civile de sept ans, la société yéménite connaît un profond changement malgré des résistances du passé. Les tribus n'ont pas encore prêté complète allégeance au pouvoir républicain et en dehors de la capitale Sanaa, ce sont des hommes en armes qui peuplent les rues. Cependant grâce à l'aide internationale, le Yémen se développe et les Yéménites ont accès aux soins de santé, la condition des femmes évolue lentement.

En septembre 1985, le reportage de Béatrice Barton entre archaïsme et modernité.



Le Yémen, ancienne monarchie, connut l'abolition de l'imamat le 27 septembre 1962: le pays prit alors le nom de République arabe du Yémen (Yémen du Nord). Une guerre civile entre républicains soutenus par l'Egypte et royalistes armés par l'Arabie Saoudite se poursuivra jusqu'en 1970.
Dans la partie méridionale, l'ancien protectorat britannique forma le 30 novembre 1967 un État indépendant: la République populaire du Yémen du Sud qui prit ensuite le nom de République démocratique populaire du Yémen.



Suite à l'assassinat de l'ancien président du Yémen du Nord, le 24 juin 1978, Ali Abdullah Saleh devint président de la république arabe du Yémen de 1978 à 1990. Durant cette période, une forte opposition régnait entre les deux Républiques du Nord et du Sud.


Le 22 mai 1990, la République arabe du Yémen (Yémen du Nord) et la République démocratique populaire du Yémen (Yémen du Sud) fusionnent pour former un seul État, la République du Yémen. Cependant en 1994, le Yémen du Sud ayant tenté de faire sécession, une guerre civile déchira le pays.


Le président Ali Abdullah Saleh devenu président du Yémen unifié en 1990 s'est maintenu au pouvoir depuis 1978. Elu une première fois en 1999 puis en 2006, il fait face au printemps 2011 à une contestation et annonce qu'il ne se représentera pas pour un nouveau mandat présidentiel.