Moritz Leuenberger

Le socialiste zurichois est candidat au Conseil fédéral.
  • Politique suisse
  • Vidéo 1 min.

26 septembre 1995

TJ midi

En septembre 1995, Moritz Leuenberger est un conseiller d'Etat zurichois à succès: la lutte contre la scène ouverte de la drogue au Letten et la construction de nouvelles prisons sont notamment à mettre à son actif. Il a également dirigé l'importante commission d'enquête parlementaire sur l'affaire Kopp.

Portrait d'un candidat socialiste à la succession d'Otto Stich au Conseil fédéral, dont l'action exécutive est saluée par la droite.



Né en 1946 à Bienne, fils de pasteur devenu avocat, Moritz Leuenberger est un politicien zurichois socialiste. De 1991 à 1995, il dirige le département de l'Intérieur et de la Justice au Conseil d'Etat zurichois.





En septembre 1995, il est élu au Conseil fédéral, dans lequel il succède à Otto Stich. Il y restera pendant 15 ans en charge du Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication. Jusqu'à sa démission, le 9 juillet 2010.


Représentant d'une Suisse urbaine et intellectuelle au gouvernement, Moritz Leuenberger a toujours pris soin de cultiver son style et sa rhétorique.


Il connaît ses plus grands succès dans la fin des années 90, avec des mesures pour favoriser les énergies renouvelables et en faveur d'une consommation économe du courant électrique.


En matière de transport, ce partisan du ferroutage et des transports publics urbains, a réussi à augmenter de 1 milliard de francs le fonds pour les grands projets ferroviaires. Notamment en faveur des NLFA, les nouvelles lignes ferroviaires alpines.


Son côté «gauche caviar» et sa discrétion sur les thème sociaux déplaisent aux syndicats et à la base socialiste. Ils lui reprochent surtout d'avoir fait le jeu du camp bourgeois en acceptant le démantèlement du service public (Poste, Swisscom, électricité).