Hello mister Annan

Joseph Deiss annonce à Kofi Annan le oui de la Suisse à l'ONU.

Le 3 mars 2002, le président de la Confédération Joseph Deiss annonce par téléphone les résultats de la votation au secrétaire général de l'ONU Kofi Annan. C'est oui, à 54,5%.

Les Suisses ont été les seuls dans le monde à voter l'adhésion de leur pays à l'ONU. Une première consultation populaire, le 16 mars 1986, avait abouti à un rejet. Le 3 mars 2002, 57 ans après la fondation de l'Organisation, ils acceptaient d'y entrer par 54,6% de oui (taux de participation 58 %).

L'initiative populaire pour l'adhésion de la Suisse à l'ONU a été lancée le 8 septembre 1998. Le 6 mars 2000, 124'772 signatures sont déposés à la Chancellerie fédérale. Le processus du vote est lancé.

La non-adhésion n'a pas empêché la Suisse de faire partie des organisations à caractère technique et humanitaire de l'ONU, tel l'Unesco par exemple. En 1990, elle appliqua l'embargo économique décrété par les Nations Unies contre l'Irak mais refusa le survol de son territoire par les avions américains. De plus, il est à noter que la Suisse assuma la représentation de pays dont les relations diplomatiques avaient été rompues entre eux. Elle représente ainsi les Etats-Unis à Cuba et en Iran.

Joseph Deiss est né le 18 janvier 1946 à Fribourg. Après ses études en sciences économiques et sociales, ileffectue un travail de recherche au King's College de l'Université de Cambridge. De 1973 à 1977, il enseigne l'économie politique à l'Université de Fribourg jusqu'en 1977 où il est nommé professeur extraordinaire en 1983 puis rofesseur ordinaire en 1984.

De 1981 à 1991, il député au Grand Conseil friborgeois. Durant cette période, il est également syndic de la commune de Berberêche (1982-1996). Il siège au Conseil national de 1991 à 1999 dont il devient vice-président de la commission de la politique extérieure de 1995-1996.

Le 11 mars 1999, il est élu au Conseil Fédéral comme représentant du pari Démocrate-Chrétien et en assurera la présidence en 2004. Il dirigera le Département des Affaires étrangères de 1999 à 2003 puis celui de l'Economie jusqu'à sa démission le 31 juillet 2006.

  • Journaliste: Olivier Kohler