Loi versus Coran

Le livre saint soulève des questions.

Quelques mois après les attentats du 11 septembre 2001, Temps Présent questionne l’islam et sa compatibilité avec notre société laïque. La pratique de l’islam peut-elle cohabiter avec l’idéal démocratique? Pour l’imam lausannois Youssef Ibram "si l’islam fait le bon musulman, il fait aussi le bon citoyen suisse". D’autres pointent le caractère exclusif de la vérité dictée dans le Coran.

Ce documentaire intitulé "Allah chez les Helvètes" a gagné le Prix Farel 2002, section "Profane".

D’environ 16'000 en 1970, la population musulmane de Suisse s’établit à 321'000 âmes lors du recensement de 2011. La communauté s’élargit surtout dans les années 1990 où, pour des raisons politiques et économiques, les ressortissants des Balkans arrivent en nombre. C’est d’ex-Yougoslavie et de Turquie que sont originaires le 90% des musulmans de Suisse. Seuls environ 5,6% sont d’entre eux sont arabophones. Les autres viennent d’Afrique et d’Asie.

Parmi les musulmans vivant en Suisse, environ 12% sont convertis ou naturalisés (chiffres de l’an 2000). Ils sont davantage installés dans les villes que dans les cantons de montagne, la moitié d’entre eux ont moins de 25 ans. Plus du deux tiers ont une activité professionnelle. Ils contribuent donc à l’économie helvétique par leur rôle de consommateurs et en payant leurs impôts.

(Source: rapport du Groupe de recherche sur l'islam en Suisse).

  • Journaliste: Eric Cosandey