L'emprise étrangère

James Schwarzenbach(Parti républicain) et Valentin Oehen (AN) en 1974.

La menace d'une surpopulation étrangère est liée à la vitalité économique du pays. Dans les années 70, après une période de surchauffe, des voix se font entendre pour limiter le nombre de travailleurs étrangers et durcir la politique d'asile.

A la tête de ce mouvement xénophobe, le conseiller national James Schwarzenbach. En 1970, son initiative contre l'emprise étrangère sera rejetée par 54% des Suisses.

Temps présent a suivi, en octobre 1970 à Olten, l'assemblée des délégués de L'Action nationale.

James Schwarzenbach est né le 5 août 1911. Issu d'une famille de la haute bourgeoisie de Zurich, il étudie l'histoire à Zurich, Paris et à Fribourg où il obtient son doctorat. Dès 1947, il dirige les éditions Thomas à Zurich. Il collabore ensuite à divers journaux et publie plusieurs ouvrages historiques et biographiques, notamment sur François Mauriac.

En 1967, il est le seul élu de l'Action nationale et lance une initiative contre l'emprise étrangère qui est rejetée le 7 juin 1970 par 654 844 voix (54%) contre 557 517 (46%). L'ensemble des partis politiques, les associations patronales et syndicales et tous les corps constitués étaient contre cette initiative. Aux élections de 1971, sept militants de son Mouvement républicain sont élus au Conseil national ainsi que quatre membres de l'Action nationale avec laquelle il prend ses distances. Il siège au Conseil national jusqu'en mars 1979 et se retire ensuite à Saint-Moritz. Il meurt le 27 octobre 1994.

  • Journaliste: Jo Excoffier