Histoire d'un conflit

Juifs et Palestiniens dans les territoires occupés en 1977.

Quel est l'avenir du peuple palestinien au Moyen-Orient ? Une équipe de l'émission Temps présent se rend en Israël en 1977 afin de comprendre le conflit israélo-arabe qui dure déjà depuis près de 30 ans. Ce document dresse un état des lieux de la situation entre Israéliens et Palestiniens à travers la présentation des forces en présence et des témoignages de personnalités israéliennes et palestiniennes.

Si la dynamique géopolitique a évolué, notamment les relations entre les pays du Moyen-Orient, certaines problématiques évoquées dans ce document sont toujours actuelles. La création d'un Etat palestinien indépendant ou la thématique des implantations juives dans les territoires palestiniens semblent être dans la même impasse qu'en 1977.

Les dates clé

En 1947, l'ONU décide le partage de la Palestine entre un Etat juif et un Etat arabe, partage rejeté par les Arabes. Aussitôt l'Etat d'Israël proclamé en 1948, les pays arabes interviennent militairement. Après leur échec en 1949, la Palestine est divisée en trois secteurs attribués à l'Egypte, à la Jordanie et à Israël. Les Palestiniens se réfugient massivement dans les pays limitrophes.

En 1964, l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) voit le jour.

En 1967, Israël remporte une victoire éclair lors de la guerre des Six Jours face à l'Egypte, la Jordanie et la Syrie. La Cisjordanie et la bande de Gaza sont occupés par l'Etat hébreu, ainsi que Jérusalem-Est.

En 1969, Yasser Arafat devient le chef de l'OLP.

Lors des Jeux olympiques de Munich en 1972, 11 athlètes israéliens sont abattus par des membres de l'organisation palestinienne Septembre Noir.

En 1973, la guerre du Kippour oppose l’Egypte et la Syrie qui attaquent Israël par surprise dans le Sinaï et le Golan. Un cessez-le-feu est signé après 3 semaines de combats et la victoire de l’état hébreu. Mais pour la première fois, Israël a dû compter sur l’aide d’un pays étranger. Les Etats-Unis ont organisé un pont aérien durant le conflit pour acheminer des armes.

Le 26 mars 1979, le président égyptien Anouar el-Sadate et Menahem Begin, premier ministre israélien, signent les accords de Camp David, le premier traité de paix israélo-arabe. Cet accord prévoit le retrait israélien du Sinaï et la reconnaissance de l’Etat d’Israël par l’Egypte. Anouar el-Sadate et Menahem Begin reçoivent le prix Nobel de la paix en 1978 pour ces négociations.

En 1980, l'Etat d'Israël proclame Jérusalem "entière et unifiée" comme sa capitale. Cette décision est considérée comme une violation du droit par la communauté internationale, et la majorité des pays conservent leur ambassade à Tel Aviv.

L'Etat israélien encourage l'implantation de colonies de peuplement juif dans les territoires occupés de Gaza et Cisjordanie, où éclate, en 1987 un important soulèvement populaire palestinien. C’est la première Intifada, la « guerre des pierres ». 1987 est aussi l’année de création du Hamas, « Mouvement de résistance islamique », qui ne reconnaît pas Israël et soutien l’Intifada.

En 1988, le roi Hussein rompt les liens entre la Jordanie et la Cisjordanie, ce qui conduit à faire de l'OLP le représentant unique et légitime du peuple palestinien. En novembre de la même année, l'OLP proclame la création d'un Etat indépendant en Palestine.

Dès la conférence de Madrid en 1991, des négociations secrètes entre Israël et l’OLP se tiennent en Norvège. Ces rencontres aboutiront à la signature des accords d’Oslo le 13 septembre 1993 à Washington, sous l’égide de Bill Clinton. Le premier ministre israélien Yitzhak Rabin et Yasser Arafat entérinent ainsi la reconnaissance historique de l’autonomie palestinienne, la création d’une Autorité palestinienne et le retrait israélien de la Bande de Gaza et de Jéricho.

En 1994, l'Autorité nationale palestinienne, présidée par Yasser Arafat, s'installe à Gaza. La même année, une vague d’attentats attribués au Hamas fait près de 35 morts israéliens.

En 1996, les premières élections palestiniennes désignent le Conseil de l'autorité palestinienne et son président Yasser Arafat.

Le premier ministre israélien Yitzhak Rabin est assassiné le 4 novembre 1995 par un extrémiste juif.

Les accords de Wye Plantation sont signés en 1998 et visent à sortir le processus de paix de l’impasse. Ces accords, qui prévoient le transfert de 13% supplémentaires du territoire cisjordanien à l’Autorité palestinienne, ne seront jamais appliqués. En 2000, un nouveau sommet est organisé à Camp David entre Ehud Barak et Yasser Arafat. Après l’échec des négociations, le chef de l’opposition israélienne Ariel Sharon se rend sur l’esplanade des Mosquées. Cette visite à un lieu saint de l’Islam déclenche la seconde Intifada. Entre 2000 et 2005, les affrontements font 5580 morts, dont 4458 Palestiniens et 1045 Israéliens. Dès 2002, les autorités israéliennes érigent un mur à l’intérieur de la ligne de séparation, invoquant une mesure de sécurité face aux attentats palestiniens.

En 2003, un poste de Premier ministre de l'Autorité nationale palestinienne est créé et occupé par Mahmoud Abbas puis par Ahmed Quray. A la mort de Yasser Arafat en 2004, Mahmoud Abbas lui succède à la tête de l'Autorité palestinienne.

Israël décide unilatéralement de se retirer de la bande de Gaza en septembre 2005. La large victoire du Hamas aux élections législatives de 2006 est suivie par la formation d'un gouvernement dirigé par son leader, Ismael Haniyeh, et par l'éviction du Fatah.

En juin 2007, après une éphémère tentative de gouvernement d'union nationale, le Hamas prend le contrôle de la bande de Gaza. En réponse à cette prise de pouvoir, Israël et l’Egypte imposent un blocus strict et ferment leurs frontières avec Gaza.

Le 3 janvier 2009, Israël lance l’opération Plomb durci en riposte aux tirs de roquettes Qassam lancées depuis Gaza. L’armée israélienne bombarde les infrastructures du Hamas à Gaza, faisant 1300 morts à Gaza et 13 du côté israélien. En 2012, c’est l’opération Pilier de défense qui qui débute contre les tirs de roquettes depuis la bande de Gaza. A la même période, l’armée israélienne déploie le système de défense Dôme de fer qui intercepte la majorité des roquettes tirées vers des zones habitées israéliennes.

Le 29 novembre 2012, la Palestine obtient le statut de d’Etat observateur non membre par un vote de l’Assemblée générale de l’ONU.

En 2014, nouvelle opération militaire de Tsahal contre Gaza, l’opération Bordure protectrice. En plus de faire cesser les tirs de roquettes, cette opération vise également la destruction de tunnels souterrains qui relient illégalement Gaza au territoire israélien. Cette opération fera 2100 morts à Gaza et 72 côté israélien, dont 6 civils.

Premier ministre depuis 2009, Benyamin Netanyahou remporte l’élection législative de 2015 et forme le gouvernement le plus à droite de l’histoire du pays.

Fin 2016, les 130 implantations juives en Cisjordanie comptent plus de 385000 habitants. 200000 Israéliens vivent à Jérusalem-Est. De nouvelles colonies de peuplement ont également vu le jour en Cisjordanie, bien que ces implantations soient régulièrement condamnées par le Conseil de sécurité de l'ONU.

Le 6 décembre 2017, le président américain Donald Trump reconnaît Jérusalem comme la capitale d’Israël et annonce le transfert de l'ambassade américaine de Tel Aviv vers Jérusalem.

  • Journaliste: Gérald Mury