Georges Pompidou

Interview exclusive de Georges Pompidou pour la TSR.

«Je crois beaucoup à l'ordre, le désordre tourne au désavantage des faibles». Une citation de Nicolas Sarkozy? Non, une phrase de Georges Pompidou, tirée de l'interview qu'il accorda en février 1969 à Jean Dumur et Claude Torracinta. Qui se souvient de Pompidou, sinon à travers quelques images rapides (les sourcils noirs et épais, la cigarette, les fines cravates et, surtout, la maladie, cachée jusqu'à sa mort alors que les téléspectateurs suivaient les ravages de la cortisone sur son visage).

Pour cette émission du Point, l'ancien Premier ministre du Général de Gaulle revient sur les «événements» de Mai 68 qui ont déstabilisé la France. Il analyse cette crise d'abord sous son aspect intérieur et résume au besoin de s'ébrouer les envies d'une part importante de la jeunesse. Sur la plan international, il y voit un malaise de notre civilisation. Car l'époque de Georges Pompidou, outre la fin des Trentes Glorieuses, c'est aussi la séparation, de plus en plus marquée, entre une forme de pouvoir et la société que l'on appellera plus tard civile. Ce n'est pas étonnant, d'ailleurs, que Nicolas Sarkozy veuille aujourd'hui s'attaquer de manière frontale à l'esprit de Mai 68. Il s'inscrit ainsi dans une lignée politique pour laquelle la question de l'autorité a toujours été supérieure aux exigences de liberté espérées en 68.«

Normalien, agrégé de lettres, diplômé de l'École Libre des Sciences Politiques de Paris, Georges Pompidou, né en 1911, est nommé professeur à Marseille en 1935. En 1945, il entre au Cabinet du général de Gaulle en tant que chargé de mission pour l'Information et l'Education nationale.

Nommé chef de cabinet de la présidence de la République en 1958 sous le Général De Gaulle, il est le négociateur secret des accords avec le FLN en 1961. Par la suite, il rejoint le monde des affaires et accède au poste de directeur de la banque Rothschild en 1954.

Le Général de Gaulle le nomme Premier ministre le 15 avril 1962, poste qu'il occupera sans interruption jusqu'au 10 juillet 1968. Georges Pompidou est en effet reconduit dans ses fonctions de Premier ministre par le Général De Gaulle après la victoire de ce dernier à l'élection présidentielle de décembre 1965. Il est le principal artisan des »accords de Grenelle" qui mettent fin à la crise de mai 68.

Après le départ de Charles de Gaulle en 1969, il est élu président de la République (mai 1969) et met en oeuvre une politique de modernisation de l'industrie française et de renforcement de la construction européenne.

Gravement malade, il ne pourra terminer son mandat et décède dans l'exercice de ses fonctions le 2 avril 1974.

  • Journaliste: Jean Dumur, Claude Torracinta
    Réalisateur: Jean-Marcel Schorderet