La Pride de Sion

Homosexualité et école

En 2001, rien n'autorise à croire que le Valais est prêt à accueillir la Pride. Les autorités renâclent, un groupe d'opposants s'offre une pleine page dans Le Nouvelliste pour assener des thèses homophobes d'une violence inouïe. Les mouvements religieux intégristes se mettent aussi de la partie, dénonçant le caractère diabolique du rassemblement.

C'est dans ce climat pour le moins hostile que la petite équipe d'organisation, conduite par Marianne Bruchez, réussit le miracle d'organiser cette Pride. Au soir du 7 juillet 2001, le Téléjournal revient sur cette journée de tous les dangers. Alors: le ciel est-il tombé sur la tête des Valaisans ?

  • Journalistes: David Rhis, Eliane Varone et Alexandre Bochatay