Christiane Brunner

Sa non élection provoque une grande indignation dans le pays.

La succession du socialiste René Felber tourne mal pour la présidente de la FTMH, Christiane Brunner, appelée par son parti à lui succéder. Le Parlement préfère dans un premier temps le neuchâtelois Francis Matthey qui est élu au deuxième tour avec 130 voix. Mais ce dernier demande un délai d'une semaine pour consulter son parti et accepter ou non son élection. Devant le Palais fédéral, des centaines de femmes en colère sont dispersées au gaz lacrymogène, sur ordre du président du Conseil national.

Pour de nombreux citoyens dans le pays, cette non-élection de Christiane Brunner provoque une véritable indignation. Une initiative est envisagée pour obliger la présence de trois femmes au gouvernement.