Sauvegarde des films

Le rôle de la cinémathèque est de sauvegarder les films.

Le cinéma suisse existe, Freddy Buache pense qu'il vaut la peine de le sauver et de le conserver. Il n'a pas toujours était facile de défendre l'existence d'un cinéma suisse. Mais au fait existe-t-il vraiment? Avec Alain Tanner et Claude Goretta, le cinéma suisse commence à être reconnu à l'étranger.

Freddy Buache, né le 29 décembre 1924, passe son enfance à Villars-Mendraz dans le canton de Vaud où ses parents tiennent un bistrot. En 1934, après la faillite de l'établissement, la famille déménage à Lausanne. En 1937, il entre au collège puis à l'école de commerce et obtient son diplôme en 1944. Il commence à faire du théâtre avec Charles Apothéloz. En 1948, les deux hommes créent pour une théâtrale des Belles-Lettres le spectacle Les Faux nez qui sera joué également à Paris.

En 1945, lors de l'exposition de la Cinémathèque française à Rumine, il rencontre le »gourou" Henri Langlois qui va l'amener à créer en 1948 la Cinémathèque suisse. Ce sera alors un combat de tous les jours pour sauver le plus grand nombre de films avec le peu d'argent dont dispose la Ciméthèque. Freddy Buache a travaillé plus de 15 ans sans salaire et sans subventions. La Cinémathèque ne sera subventionnée qu'à partir de 1963 à hauteur de 35'000 francs. En 1985, sa carrière est couronnée par le Grand Prix de la ville de Lausanne.

En 1995, Freddy Buache prend sa retraite. Le Festival du film de Locarno lui attribue le Léopard d'honneur en 1998.