Le Black power

Portrait d'un professeur de français représentant de la communauté noire.

Un mois après l'assassinat de Martin Luther King, Continents sans visa suit un jeune Noir américain, professeur de français. A travers son portrait, c'est la communauté noire et ses tensions internes qui sont présentées. La voie non-violence voulue par Martin Luther King ne satisfait plus une frange de plus en plus importante du mouvement noir, réunie dans les Black Panthers fondées en 1966 par Bobby Seale et Huey P. Newton.

Le Black Panther Party, de nature révolutionnaire, considérait que seule la violence pouvait répondre au pouvoir blanc. Il sera durement combattu par le FBI.

Martin Luther King est né le 15 janvier 1929 à Atlanta. Ordonné ministre dans l'Eglise baptiste en 1947, il est nommé dans une paroisse noire de Montgomery. En 1956, il appele les Noirs à boycotter les bus municipaux et obtient, après 381 jours de grève, une première victoire contre la ségrégation raciale.

En 1957, il fonde la Conférence des leaders chrétiens du Sud et prend peu à peu la tête du mouvement des Noirs pour l'égalité des droits civiques. Le 25 août 1963, Martin Luther King est à la tête de la grande marche pacifique sur Washington réunissant plus de 250'000 personnes pour dénoncer la ségrégation raciale aux Etats-Unis. Il y prononce un de ses discours resté célèbre: «I have a dream…»

L'année suivante, il se voit attribuer le Prix Nobel de la paix mais il est dépassé par les mouvements noirs extrémistes, dont les Black Panthers. Martin Luther King meurt assassiné le 4 avril 1968, lors de l'une de ses actions pacifiques, sous les balles d'un ségrégationniste.