Denis de Rougemont

Denis de Rougement

En juin 1968, Continents sans visa consacre une émission à l'avènement de l'érotisme dans notre société et interroge stylistes, cinéastes, publicitaires et philosophes sur les premiers effets de ce qui sera appelé plus tard la révolution sexuelle. L'écrivain Denis de Rougement s'exprime sur la place de l'amour dans notre société.

Denis de Rougemont est né le 8 septembre 1906 à Neuchâtel. Fils de pasteur, il fait ses études aux universités de Neuchâtel, Vienne et Genève.

Arrivé à Paris en 1931, il entre dans le Mouvement personnaliste et devient un des fondateurs de la revue «Esprit». L'un de ses premiers livres «Politique de la personne» (1934) témoigne de cet engagement. A la suite d'un article contre le nazisme, en juin 1940, paru dans la presse suisse, il est contraint de s'exiler aux Etats-Unis. Professeur à l'Ecole libre des hautes études, il participe aux émissions françaises de la «Voix de l'Amérique». En 1939, il publie son essai le plus célèbre «l'Amour et l'Occident» qui va être vendu dans le monde entier à des centaines de milliers d'exemplaires.

Après la guerre, il défend la cause du fédéralisme européen et fonde en 1950, à Genève, le Centre européen de la culture. Dans la même voie, il préside de 1952 à 1966 le comité exécutif du Congrès pour la liberté de la culture.

En 1963, il devient professeur à l'Institut universitaire d'études européennes à Genève. Il meurt le 6 décembre 1985 des suites d'une longue maladie, à l'âge de 79 ans.

Ses principaux écrits: Le paysan du Danube (1932) Politique de la personne (1934) Penser avec les mains (1936) Journal dun intellectuel en chômage (1937) Journal d'Allemagne (1938) L'Amour et l'Occident (1939) La part du Diable (1942) Les personnes du drame (1945) L'Europe en jeu (1948) Journal des deux mondes (1948) L'Aventure occidentale de l'homme (1957) Comme toi-même (1961) Les Mythes de l'amour (1967) Journal d'une époque (1926-1946) Lettre ouverte aux Européens (1970) L'avenir est notre affaire (1977)

  • Réalisateur: François Bardet