Devoir de mémoire

De jeunes Vaudois font preuve d'ignorance en histoire.

Parmi les délicieuses indiscrétions du Canard Enchaîné, cette réplique de Nicolas Sarkozy, une semaine après son annonce de faire porter la mémoire d'un enfant de la Shoah par un élève de CM2. Que répond en privé le président à la polémique dans laquelle se sont engouffrés les enseignants, les psychiatres et les politiciens? «Les syndicats d'enseignants se comportent comme s'ils avaient acheté l'école et pouvaient décider des programmes. Les psys en tout genre ont trouvé le moyen de faire parler d'eux. Moi, ce que je trouve traumatisant, c'est que les jeunes de notre pays ne connaissent rien à l'histoire. Un tiers ignorent le mot Shoah et un quart ne connaissent pas le nom d'Hitler. C'est une honte pour l'école mais ça ne traumatise pas les profs».

Cette considération nous renvoie, ici aux archives de la TSR, à ce document de 1960. Quinze ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, de jeunes Vaudois ne craignent pas d'avouer leur ignorance en histoire. Comment est mort Hitler? Qui était Goering? Que s'est-il passé à Stalingrad? Les réponses sont surprenantes surtout pour des élèves qui «étaient en culotte courte lorsque la guerre régnait», comme le précise le journaliste. Mais peut-être ces adolescents ne cherchaient-ils alors rien d'autre, par l'entremise de la caméra, que provoquer leurs professeurs et leurs parents? Et ça, c'était de bonne guerre, non?