Entre Blancs et Noirs

Des Blancs s'expriment sur la politique de l'apartheid.

En 1966, l'équipe de «Continents sans visa» emmenée par Jean Dumur est en Afrique du Sud pour dresser le constat de l'apartheid qui sépare les Afrikaners, descendants de colons hollandais, des autres groupes ethniques du pays.

«Continents sans visa» interroge notamment une maîtresse de maison, entourée de ses domestiques, et un professeur de latin de l'Université de Prétoria pour qui l'amitié avec un Noir est tout simplement impensable.

24 ans plus tard, le 15 octobre 1990, les lois sur la ségrégation dans les lieux publics seront abrogées. Le système de l'apartheid sera totalement aboli en juin 1991.

Malgré le fait qu'une partie des archives de la Confédération sur ce sujet est toujours classée, un rapport du Fonds national suisse de la recherche scientifique publié le 27 octobre 2005 a mis en exergue les liens entre les milieux militaro-industriels suisses et sud-africains durant la période de l'apartheid.

En refusant de se joindre aux sanctions économiques internationales contre l'Afrique du Sud, la Suisse a de fait soutenu économiquement ce régime qu'elle avait pourtant condamné politiquement…

Cette étude révèle notamment que des fabricants suisses d'armes tels Oerlikon-Bührle ont contourné l'interdiction d'exportation en direction de l'Afrique du Sud et que les services de renseignements des deux pays ont travaillé ensemble. Plus déroutant encore, la Suisse a collaboré à la fabrication de six bombes atomiques sud-africaines.

  • Journaliste: Jean Dumur
    Réalisateur: Jean-Jacques Lagrange