Le Yémen en guerre

Royalistes et républicains se disputent le Yémen du Nord.

En avril 1967, l'équipe de Continents sans visa est la première équipe occidentale à pénétrer dans ce Yémen républicain, cinq ans après la chute de l'imam. De Hajjah à Hodeida en passant par Sanaa, le journaliste Olivier Todd ramène un reportage sur la situation sociale et politique de la république arabe du Yémen du Nord après cette première révolution de 1962.

Que reste-t-il de l'Arabie heureuse qui n'avait d'heureux que le nom sous l'imamat ? Avec l'aide et sous la tutelle de l'Egypte, les Yéménites se mettent à l'heure de la démocratie et fournissent un immense effort pour entrer dans le 20e siècle. Si les traditions -chants, danses et qat- demeurent vivants et si les progrès sociaux apparaissent évidents, la révolution ne se fait pas sans pressions des alliés et répression des opposants.

Cette émission a été diffusée sous le titre Yémen républicain An V.

Le Yémen est resté une province de l'Empire ottoman jusqu'en 1918. En 1905, un accord frontalier «provisoire» fut signé entre les Turcs et les Britanniques, consacrant la division du Yémen en deux provinces, le Nord et le Sud, qui restèrent dissociées jusqu'à leur réunification en 1990.

Le démantèlement de l'Empire ottoman donna naissance, en octobre 1918, au «Royaume mutawakkilite du Yémen». L'imam Yahya, qui allait régner 44 ans, est considéré comme le fondateur de l'Etat yéménite. Il transforma son imamat religieux en un Etat archaïque, internationalement reconnu, et ferma le pays à toute influence étrangère, maintenant le Yémen dans une situation de quasi autarcie.

Sous la pression du Mouvement des Yéménites libres, il accepta de rompre l'isolement du pays et, en 1945, le Yémen adhéra à la Ligue arabe, puis, deux ans plus tard, à l'ONU. En février 1948, Yahya fut assassiné et son fils Ahmad lui succéda. A partir de 1955, Ahmad amorça une timide modernisation du pays, faisant appel aux Russes, aux Américains et aux Chinois. Il se rapprocha également de Nasser.

Une semaine après la mort d'Ahmad, survenue le 19 septembre 1962, un coup d'Etat militaire dirigé par le colonel al-Sallal renversa l'imamat et proclama la République arabe du Yémen. Une guerre civile de sept ans déchira le pays entre les républicains appuyés par l'Egypte et les royalistes, partisans du rétablissement de l'imamat et soutenus par l'Arabie saoudite.

Après la défaite de l'Egypte face à Israël en 1967, Nasser retira ses troupes du Yémen au moment où les Britanniques quittaient Aden. Sallal fut renversé peu après par une coalition de républicains modérés.

La réunification des deux Yémens fut acceptée après le sommet d'Aden et proclamé le 22 mai 1990.

  • Réalisateur: Yvan Butler