En cure à Montana

Visite dans un sanatorium de Montana. [RTS]
  • Médecine
  • Vidéo 3 min.

18 septembre 1967

Carrefour

A la fin de la première guerre mondiale, le Valais est une des régions de Suisse où les décès par tuberculose et les cas déclarés de maladie sont les plus nombreux. Malgré l'urgence sanitaire, le canton mettra beaucoup de temps à créer sa propre structure de soin. En 1941, le Sanatorium Valaisan (qui deviendra par la suite de Centre valaisan de pneumologie) est enfin inauguré.

27 ans plus tard, au moment du tournage de ce reportage de Carrefour, la tuberculose a beaucoup régressé en Valais. Si les antibiotiques et les vaccins jouent maintenant un rôle central dans le traitement, la cure de repos reste un élément important de la guérison. De fait, le Sanatorium Valaisan fonctionne toujours à plein régime, comme le souligne ce reportage diffusé le 18 septembre 1967.

Dès la fin du XIXe, les premiers sanatoriums apparaissent dans la région de Montana. Il s'agit d'abord de cliniques privées, destinées à une clientèle aisée.

Le développement alarmant de la maladie, notamment dans les classes populaires incitent associations privées, institutions religieuses et cantons à réagir. En 1903, par exemple, le canton de Genève inaugure le Clairmont, un établissement pour les "malades indigents". Plusieurs dizaines de sanatoriums fleurissent entre 1914 et 1945: le Bellalui, l'Atlanta, le Lumière et vie, Fleurs des Champs, Sainte-Bernadette, etc. Beaucoup d'enfants y séjournent, dans une perspective préventive ou pour suivre de véritables traitements. Le canton du Valais inaugurera sa propre structure, le Sanatorium Valaisan, en 1941.