Attentat à Delémont

Le Front de libération du Jura s'en prend à une banque bernoise.

Le 5 octobre 1963, un attentat à l'explosif détruit la succursale de la Banque cantonale de Berne à Delémont. Cet action fait suite à une série d'opérations menées par le Front de libération du Jura (FLJ), dont les spectaculaires incendies de trois fermes acquises par le canton de Berne dans les Franches Montagnes.

On estime à une dizaine d'activistes les membres du Front de libération du Jura. Dans le contexte de la Question jurassienne, ils bénéficiaient d'une grande sympathie auprès du public.

En 1964, le FLJ est démantelé. Un second FLJ est lancé mais son existence sera courte. Il est démantelé en quelques semaines. Marcel Boillat, l'acteur principal du FLJ est arrêté et condamné par le Tribunal fédéral en 1964. Après son évasion, il se réfugie en Espagne.

En 1984, les actions du FLJ reprennent plus sporadiquement jusqu'en 1993, date à laquelle un jeune militant explose avec sa bombe alors qu'il allait la déposer dans le centre-ville de Berne.

Chronologie

1815. Lors du Congrès de Vienne, le Jura est annexé à la Suisse et attribué au canton de Berne, en compensation de la perte du canton de Vaud.

1917. Lancement du Comité pour la création du canton du Jura.

Les 9 et 17 septembre 1947, le Grand Conseil bernois refuse, à deux reprises, de confier le Département cantonal des travaux publics au jurassien Georges Moeckli sous prétexte qu'il est francophone. Le 20 septembre, 2000 personnes protestent à Delémont. Le 2 octobre, le Comité d'action pour la défense des droits du Jura se constitue à Moutier. Le 30 novembre, fondation à Moutier du Mouvement séparatiste jurassien qui deviendra le Rassemblement jurassien. Le Mouvement demande la création du canton du Jura.

Le 29 octobre 1950, la Constitution bernoise reconnaît l'existence du peuple du Jura.

1963. «Livre blanc» du gouvernement Bernois qui confirme sa position de 1947. Il n'entend pas que soit remise en cause l'unité cantonale.

Le 17 mars 1967, le gouvernement reconsidère sa politique: il fera des propositions pour résoudre le problème jurassien; le peuple du Jura devra avoir la possibilité de se prononcer sur la création d'un nouveau canton.

Le 23 juin 1974, par 36'802 voix contre 34'057, le Jura se prononce pour la création d'un nouveau canton. Le sud et le district du Laufonnais opte pour son maintien dans le canton de Berne.

Le 16 mars 1975, le canton de Berne organisa un vote dit «en cascade» et les trois districts du sud restent attachés dans le canton de Berne. Mais les mouvements de lutte, notamment le Groupe Bélier, le Mouvement autonomiste jurassien et le Mouvement indépendantiste jurassien poursuivent l'idéal d'une réunification du «peuple jurassien francophone».

Le 21 mars 1976, l'Assemblée constituante jurassienne est élue.

Le 20 mars 1976, la Constitution jurassienne est approuvée.

Le 24 septembre 1978, tous les cantons suisses et une majorité écrasante (82,2 %) des citoyens acceptent la création du canton du Jura.

Le 1er janvier 1979, le canton du Jura exerce sa pleine souveraineté.