Rex Stewart

Il a débuté sa carrière dans des orchestres du Potomac
  • Culture et Arts
  • Vidéo 3 min.

2 novembre 1966

Carrefour

Albin Salamin, web-éditeur du site des archives, s'occupe plus particulièrement de la collection de l'émission Carrefour. En visionnant une cassette numérisée dans le cadre du Projet Archives, il a retenu cet extrait:

«Surprise lors du visionnement de ce Carrefour du 2 novembre 1966. Ce musicien? Oui, c'est bien Rex Stewart. De passage à Genève, il a droit à une interview. Dans sa jeunesse Rex Stewart est très influencé par le style de musiciens comme Louis Armstrong, Bubber Miley, mais aussi, Bix Beiderbecke (dont il reprendra le solo sur «Singin' the Blues» lors de son passage chez Fletcher Henderson).

Il commence sa carrière dans des orchestres de «riverboats» du Potomac. En 1921, il s'installe à New York où il joue dans des orchestres locaux. En 1925, il est engagé par Elmer Snowden, puis en 1926, par Fletcher Henderson. On le retrouve ensuite chez Horace Henderson, de nouveau chez Fletcher Henderson (1928-1930), chez les «McKinney's Cotton Pickers» (1931). Il est ensuite leader d'un éphémère orchestre avant de passer chez Luis Russell.

En 1934, il rejoint le big band de Duke Ellington , dans lequel il reste 11 ans, et dont il est assez vite une des solistes vedettes. Il est co-auteur de quelques titres pour l'orchestre comme »Morning Glory« et surtout »Boy meets a horn" (où il fait une démonstration d'un de ses gimmicks favoris, le jeu au cornet en enfonçant les pistons à moitié).

Après son départ de chez Ellington, il dirige ses propres formations, se produit en Europe et en Australie, et participe à des tournées dans le cadre le J.A.T.P. (1947-1951). En 1948, on le retrouve en France où il donne des conférences au Conservatoire de Paris, se produit avec sa petite formation. Il en profite pour graver des faces avec des musiciens français (Django Reinhardt, Hubert Rostaing, …).

Stewart s'installe au début des années 50 dans le New Jersey où il se met dans une sorte de semi-retraite et s'occupe d'une ferme. Il est aussi animateur d'une chaîne de radio et télévision local. Il réapparaît quelques années plus tard, dirigeant un orchestre à Boston, puis de 1957 à 1958 le «Fletcher Henderson reunion band» (1957-1958). Il joue dans le club d'Eddie Condon de 1958 à 1959. Il s'installe alors en Californie où il exerce comme «disc jockey» et critique de jazz. Il s'éteint en 1967.



Rex Stewart commence sa carrière dans des orchestres du Potomac, fleuve de la cote est des Etats-Unis, puis en 1921, il s'installe à New-York. Dès 1926, Rex Stewart joue dans divers grands orchestres de jazz et en 1934, il rejoint le big band de Duke Ellinkton pour 11 ans.


Puis il dirige ses propres formations jusqu'en 1959 et se met ensuite en semi-retraite.