La panne sèche

De l'essence bon marché mais en bidon de 10 litres.

Immédiatement répercutée à la pompe, la hausse historique du prix du pétrole en septembre 2005 ne semble pas avoir dissuadé les automobilistes qui disposent par ailleurs d'un réseau étendu de stations-services en Suisse.

Au début des années 60, la difficulté de trouver de l'essence après le coucher du soleil rendait plus vifs les risques de la panne sèche. Mais des solutions ingénieuses existaient, comme à Morat, cette station-service d'un nouveau genre, inaugurée en janvier 1963.

Au 1er janvier 2005, le réseau suisse comptait 3495 stations-services. Elles étaient près du double en 1975. Leur nombre ne cesse de diminuer et leur activité se modifie: seuls 200 points de vente ont encore un pompiste, tandis qu'une station sur trois dispose d'un shop.

La consommation d'essence a légèrement diminué en Suisse en 2004 (-1,8%). En revanche, la demande de carburant diesel a progressé fortement de 7,5%. 11,06 millions de tonnes de produits pétroliers ont été vendus dans notre pays l'année dernière, soit un recul de 1,3% par rapport à 2003. La plus grande part revient au secteur des carburants (6,44 millions de tonnes d'essence, de diesel et de kérosène).

A noter que la hausse du prix de l'essence a surtout une répercussion sur les ventes de voitures diesel. En 2004, 30% des voitures neuves immatriculées roulaient au diesel.

  • Journaliste: Jean-François Nicod