La dame en noir

Barbara interviewée lors de son passage en Suisse.

La sauvegarde du Carrefour du 8 novembre 1966 a ravivé le souvenir d'une rencontre entre Barbara et un collégien de Saint-Maurice. Ce jeune homme s'appelait Albin Salamin. Il se souvient:

«J'ai rencontré Barbara lors de mes études au collège de Saint-Maurice. La direction mettait à disposition des Jeunesses Musicales sa salle de spectacle. Pour son fonctionnement, des étudiants du collège étaient engagés pour le placement des gens dans la salle et pour aider sur scène.

Pour ma part, j'étais volontaire comme machiniste. Le jour du concert de Barbara, nous étions, en début d'après-midi, en train de préparer la scène quand l'attachée de presse me demanda d'accompagner le chauffeur de Barbara pour lui montrer le chemin de l'hôtel. Arrivé à la voiture, la chanteuse était assise à l'arrière. Elle me fit signe de monter à l'avant.

Après quelques instants passés à l'hôtel, Barbara reprit la voiture pour rejoindre les loges de la salle de spectacle. La suite de l'après-midi fut consacrée à la préparation du spectacle, le réglage des lumières, de la sono et une répétition de l'artiste.

Tout était prêt mais à mesure que l'heure du récital approchait, nous sentions tous une certaine tension due à la peur d'un ennui de dernière minute, d'un projecteur qui tombe en panne, d'un micro défaillant.

A 20h30, Barbara débuta son récital et tout se déroula merveilleusement. Quel spectacle, quelle chanteuse extraordinaire!

Après plusieurs rappels, le rideau se referma. Nous étions heureux du bon déroulement du concert et Barbara remercia, chacun d'entre nous, pour le travail fourni. J'ai même eu droit à un autographe et au bisou!

Après son départ, je retournais à l'internat, heureux, avec la tête pleine de souvenirs…»

Barbara, de son vrai nom Monique Andrée Serf, est née le 9 juin 1930 à Paris. Après la guerre, elle prit des cours de musique à l'école supérieure de musique de Paris. Après quelques année passées en Belgique, où elle se maria puis divorça, elle revint à Paris où elle fit connaissance de Jacques Brel et de Georges Brassens.

Elle enregistra son premier disque en 1957 mais ce n'est que en 1961 qu'elle devint célèbre avec des chansons comme Ma plus belle histoire d'amour c'est vous, L'Aigle noir, Nantes etc…

En dehors de la chanson, elle joua également au cinéma. En 1988, elle reçut la Légion d'honneur.

Malade, elle consacra son temps à la rédaction de ses mémoires, avant de mourir de problèmes respiratoires, le 25 novembre 1997.

  • Journaliste: Catherine Charbon